Le match menacé par un attentat — Belgique-Japon

16 Novembre, 2017, 03:17 | Auteur: Ruben Ruiz
  • GettyImages-874192370

Mais "une heure avant le match, nous n'étions pas du tout sûr de jouer", a confié son porte-parole.

C'est la police de Bruges qui l'a communiqué officiellement hier soir: "un risque d'attentat" a plané pendant plusieurs heures au-dessus de Belgique-Japon.

Selon De Morgen, la police de Bruges a été informée par ses collègues de Bruxelles, qui ont reçu la menace sous la forme d'un appel anonyme. Avant que les autorités et le maire ne décident finalement de maintenir l'événement et de ne pas inquiéter le public en évitant toute annonce publique.

" Les contrôles a l'entrée du stade ont été renforcés, ce qui explique que certains supporters sont entrés dans le stade après le coup d'envoi", a expliqué l'URBSFA. "Ce n'est que pendant le match que nous avons obtenu le résultat rassurant qu'il n'y avait pas de menace concrète", a encore déclaré Dirk Van Nuffel. Cette alerte transmise à Bruges vers 17h30 a été signalée à l'OCAM, Organe de coordination pour l'analyse de la menace, auquel une "analyse d'urgence" a été demandée. Les analyses de la police se sont finalement révélées rassurantes et, à la fin de la rencontre, les spectateurs ont pu quitter le stade sans problème.

Des détecteurs de métaux et des chiens entraînés à reconnaitre les explosifs ont ainsi été mis en service, et les fouilles de supporters ont été intensifiées. "Ils ont commencé à faire des contrôles très efficaces qui ont pris beaucoup de temps et à cause de ça beaucoup de gens étaient trop tard".

Recommande: