Cyberharcèlement organisé chez jeuxvideo.com : Marlène Schiappa interpelle Twitter et Webedia

05 Novembre, 2017, 01:52 | Auteur: Sue Barrett
  • Les fuites des sujets du bac se déroulent aussi sur les forum

Un "échange" a également eu lieu ce jeudi avec le Secrétariat d'État chargé de l'Égalité entre les Femmes et les Hommes "en vue d'une collaboration constructive", selon Webedia.

Le 27 octobre 2017, deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliott Lepers, ont annoncé la création d'un numéro de téléphone " à donner aux relous trop insistants". "Nous (.) voulons simplement dire aux brutes qui la persécutent qu'elle n'est pas seule, que nous pensons, comme elle, qu'ils sont des êtres lâches, minables et méprisables, et que nous attendons patiemment, mais avec confiance, que la justice et la communauté même du web les mettent hors d'état de nuire", poursuivent-ils. Une fois contacté, ce numéro devrait adresser un SMS invitant son destinataire à tenir compte du consentement des femmes. La chroniqueuse devient dès lors la cible des internautes: des commentaires haineux d'une violence inouïe apparaissent sur la toile à son encontre. Si vous lisez ce message, c'est que vous avez mis une femme mal à l'aise.

Nadia Daam a tenté de dénoncer dans sa chronique sur Europe 1 le sexisme du forum 18-25 du site Jeuxvideo.com qui a fait fermer le numéro "anti-relou".

Sur leurs comptes Twitter respectifs, tous deux ont précisé que cette vague de cyberharcèlement était menée par des membres du forum 18-25 de jeuxvideo.com, propriété du groupe de média en ligne Webedia. Nadia Daam, également chroniqueuse dans l'émission 28 Minutes sur Arte, y qualifie le sulfureux forum de "poubelle à déchets non recyclables d'Internet". Plus largement, Nadia Daam a souligné la manière récurrente dont des membres du forum découragent " la moindre initiative féministe " en orchestrant des campagnes de menaces et harcèlement.

Il ne nous est pas possible d'appeler les femmes à libérer leur parole si cette parole est suivie d'un tel harcèlement sur Twitter. Depuis plusieurs jours, à la suite d'une chronique raillant le site précité, des dizaines d'utilisateurs anonymes ont menacé de mort Nadia Daam.

Dans une tribune publiée ce vendredi 3 novembre dansLibération et sur Slate.fr, de nombreux journalistes ont apporté leur soutien à Nadia Daam. Seulement voilà, au-lendemain de son intervention, la journaliste a fait l'objet de quantité de menaces au point de devoir porter plainte.

Recommande: