Un bébé frôle la mort par surdosage accidentel de Dépakine

01 Novembre, 2017, 01:01 | Auteur: Jonathan Ford
  • Maxppp  Anne-Sophie Bost

Pourtant, il a bien effectué un surdosage, en confondant les milligrammes et les millilitres. Les parents du petit de 20 mois viennent de porter plainte auprès de la gendarmerie de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, contre l'hôpital de Timone à Marseille, a rapporté ce mardi France Bleu Provence. Selon les informations de France Bleu Provence, on lui prescrit des bêtabloquants et de la Dépakine pour améliorer l'efficacité de la chimiothérapie. L'enfant a pu être sauvé grâce à un lavage d'estomac en urgence.

Les parents de Nilo dénoncent, plus globalement, les mauvaises conditions sanitaires à l'hôpital de la Timone et envisagent de faire soigner leur bébé à Paris. "Il s'endormait presque tout de suite après avoir pris ses médicaments" explique-t-il à la radio. Cette erreur pourrait entraîner des complications sur le foie et les reins. Sauf que l'interne, qui a réalisé l'ordonnance et administré les médicaments ne se rend pas compte de son erreur: "Il nous a presque envoyé balader en nous disant que c'était le bon dosage", confie le père.

La Dépakine appartient à la famille des anticonvulsivants non barbituriques. Un traitement de référence dans la prise en charge de l'épilépsie.

En 2014, le scandale éclate lorsqu'une étude indique que cet antiépileptique présente des risques élevés pour la santé du foetus lorsque la future maman est traitée avec ce médicament.

Recommande: