Pollution : en cause dans un décès sur six

21 Octobre, 2017, 00:50 | Auteur: Jonathan Ford
  • Aly Song  Reuters                       Une femme porte un masque antipollution à Shanghai en janvier

La revue britannique a fait appel à une quarantaine de chercheurs spécialisés, mais aussi à des organismes internationaux et des ONG pour établir ce rapport alarmant: "On estime que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015, soit 16% de l'ensemble des décès dans le monde", peut-on lire. En cause, la pollution de l'air, mais aussi de l'eau et des lieux de travail. La contamination de l'air comptabilise à elle seule plus de 6,5 millions de décès chaque année.

" La pollution est le premier facteur de maladies et de décès prématurés dans le monde aujourd'hui", estiment, en préambule, les auteurs de ce rapport. Eau contaminée, air toxique, sols souillés. Les décès attribués à la pollution sont trois fois plus élevés que ceux du sida, du paludisme et de la tuberculose combinés souligne le rapport qui n'hésite pas à parler de "crise qui menace la survie des sociétés humaines".

Et cette estimation est "probablement sous-estimée", affirme la revue, car de nombreux polluants chimiques "émergents" restent à identifier.

Il note que de nombreuses stratégies de lutte contre la pollution qui ont été efficaces dans certains pays plus riches - des technologies plus récentes, ainsi que des lois, politiques et réglementations saines - peuvent être adaptées aux pays à tous les niveaux de revenu.

HRW, un surveillant des droits de l'homme, a déclaré que ses propres recherches ont montré que la pollution affecte souvent de façon disproportionnée les populations marginalisées - notamment les minorités ethniques, les citadins pauvres, les femmes, les enfants, les personnes âgées et les handicapés - qui n'ont généralement pas les moyens de demander des comptes aux gouvernements ou à l'industrie lorsque leurs droits sont violés.

The Lancet appelle à "s'attaquer d'urgence à la situation" et à battre en brèche "le mythe selon lequel la pollution serait une conséquence inévitable du développement économique".

Recommande: