La piste des yeux étudiée par des chercheurs français — Dyslexie

19 Octobre, 2017, 00:18 | Auteur: Jonathan Ford
  • Albert Le Floch et Guy Ropars physiciens à l’université de Rennes 1

Publiés aujourd'hui dans la prestigieuse revue scientifique "Proceedings of The Royal Society", les travaux de Guy Ropars et Albert Le Floch, physiciens, pourraient expliquer l'origine de la dyslexie. Albert Le Floch et Guy Ropars, physiciens à l'université de Rennes 1. Chez les personnes atteintes de la maladie, les chercheurs ont découvert que les récepteurs de la lumière situés dans les yeux sont similaires dans les deux organes.

La dyslexie toucherait quelque 700 millions de personnes dans le monde. Ce trouble de la lecture serait lié à une symétrie des récepteurs présents dans les yeux, qui ont la particularité de capter la lumière. Celle de l'œil directeur est parfaitement circulaire tandis que l'autre a plutôt une forme de patate diffuse. Chaque tache envoie au cerveau une image de ce que l'on voit. "Les rétines de l'œil sont directement liées au cerveau, détaille Albert Le Floch, mais il existe un délai entre l'arrivée au cerveau de l'image primaire et de l'image miroir ". L'image fantôme ne serait donc pas éliminée par le cerveau, et viendrait se superposer à l'image réelle. En lisant ou en écrivant, un dyslexique peut confondre le "b " et "d ": son cerveau n'a pas réussi à trier et il a choisi l'"image-miroir", la mauvaise lettre. Mais le cerveau ne tiendra pas compte de cette lettre fantôme. "Nous espérons que ça pourra déboucher sur de nouvelles approches de traitement de la dyslexie", conclut Guy Ropars.

Recommande: