Paris veut montrer l'exemple en interdisant l'essence dès 2030

13 Octobre, 2017, 00:49 | Auteur: Aubrey Nash
  • EcoQuick									
					
								60 %			
				60% des Parisiens n'ont pas de voiture

Plusieurs médias ont annoncé ce matin que "Paris va interdire les véhicules diesel et essence en 2030".

Dans la continuité du plan climat énergie et de l'accord de Paris adopté durant la COP21, la mairie de Paris a révélé, mercredi 11 octobre, sa nouvelle mesure. Selon une indiscrétion de Franceinfo, la mairie veut interdire les voitures à essence en ville en 2030.

Le maire adjoint responsable des transports, Christophe Nadjovski, a déclaré jeudi sur les ondes de la radio France Info que " nous avons planifié cette sortie des véhicules thermiques [parce que] le temps presse tout simplement ".

Après la fin du diesel en 2024, la mairie de Paris espère faire disparaître les véhicules à essence de la capitale en 2030.

A Paris, il faudra donc bientôt compter seulement sur les transports en commun, les services et les véhicules électriques mais la Mairie fait valoir que 60% des Parisiens ne disposent pas de véhicule.

La mairie de cette métropole de plus de deux millions d'habitants a toutefois précisé qu'elle n'envisageait pas une " interdiction", mais qu'il s'agissait d'un objectif. Dans le cadre du Grand Paris, plusieurs projets de transports sont sur la table, et puis il y a le parc de voitures électriques dans la ville même. Santé publique France a qualifié en 2007 la pollution de l'air comme 3 cause de mortalité en France, derrière le tabac et l'alcool.

Pourtant, lors de la présentation de son plan climat juillet dernier, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, avait manifesté le souhait de mettre fin à la commercialisation des véhicules les plus polluants d'ici 2040, soit 10 ans après le planning envisagé par la ville de Paris. Si la maire de Paris Anne Hidalgo s'est engagée à avoir une emprunte carbone neutre et à passer au 100% renouvelable d'ici 2030, les villes de Berlin et Copenhague l'ont également suivie dans cette mesure. Le Conseil de Paris devrait ensuite en débattre aux alentours du 20 novembre.

Recommande: