La fin des hydrocarbures largement approuvée à l'Assemblée nationale — Loi Hulot

12 Octobre, 2017, 01:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Faut-il taxer les bétonneurs

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique.

Après avoir annoncé la fermeture "jusqu'à 17 centrales nucléaires", la taxation des propriétaires de logement mal isolés et l'interdiction les nouveaux permis d'exploitation d'hydrocarbures sur le territoire français, le ministre de l'Ecologie a encore frappé.

"C'est une réflexion que j'ai proposée au Premier ministre, qui m'a invité à y travailler", a précisé le ministre.

"Toutes ces atteintes détruisent de vastes terres fertiles et réduisent la capacité des sols à absorber l'eau des phénomènes météorologiques extrêmes, augmentant ainsi les risques et les conséquences des inondations", fait remarquer l'ONG WWF France dans Le Parisien ce mercredi, où l'on rappelle également que chaque mois une surface équivalente de 6400 terrains de football est "consommée" par l'urbanisation. "Pour Nicolas Hulot, " cette frénésie injustifiée " menace des surfaces naturelles qui " jouent un rôle important dans l'équilibre climatique, la préservation de la biodiversité et notre souveraineté alimentaire ".

La majorité et la Nouvelle Gauche ont voté pour le projet de loi sur la fin de l'exploitation des hydrocarbures en France d'ici à 2040 porté par Nicolas Hulot.

"La France détient le record du monde des ronds-points, il y a les ZAC, les ZUP et j'en passe", peste Nicolas Hulot.

En mai dernier, la fédération nationale des Safer a estimé que l'artificialisation ou bitumisation des terres pourrait détruire 50 000 à 60 000 hectares de surface agricoles par an. Pour lutter contre cette artificialisation des sols croissante, une pétition européenne intitulée "Appel du sol" est en cours. En France, la loi Alur permet aux communes de déterminer sur une parcelle, la surface réservée à la biodiversité.

Recommande: