La France accueillera 10.000 réfugiés d'ici octobre 2019 — Migrants

11 Октября, 2017, 01:20 | Auteur: Lynn Cook
  • PREMIÈRE MISSION DE L'OFPRA AU NIGERPREMIÈRE MISSION DE L'OFPRA AU NIGER

Le HCR fonctionnera donc main dans la main avec la France, comme l'a précisé le 9 octobre le président français Emmanuel Macron.

Au total, la France "ouvrira sur les deux prochaines années 10.000 places" pour ces réfugiés "réinstallés" depuis le Niger, le Tchad, mais aussi de Turquie, du Liban et de Jordanie, a annoncé le président. "Dans les prochaines semaines, les premières opérations seront conduites dans ce cadre avec une coopération dont je me félicite entre l'OFPRA et le HCR ". Parmi eux, 3.000 seront issus des "missions de protection avancées" au Niger et au Tchad. Lors d'un mini-sommet avec plusieurs pays européens, le 28 août dernier, Emmanuel Macron avait proposé "d'identifier" dans leur pays d'origine les ressortissants qui peuvent prétendre au droit à l'asile, plutôt qu'une fois à leur arrivée sur le sol français.

Le HCR évalue pourtant à plus de 90 000 le nombre de personnes vulnérables ayant besoin d'un transfert au Tchad et au Niger. Cette démarche vise à rapprocher sa politique d'organisation de l'asile avec celle de l'Allemagne, a poursuivi le locataire de l'Elysée. Le HCR serait associé à ces réformes selon le chef de l'Etat.

" Je souhaite qu'on (...) accélère les délais administratifs qui sont inhumains et inefficaces, avoir des programmes d'intégration à la langue, au logement, au travail et qu'on soit aussi beaucoup plus rigoureux dans la reconduite aux frontières de ceux qui n'ont pas droit à cette procédure", a détaillé le président de la République.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a annoncé une augmentation de 10 millions d'euros des concours de la France au HCR et à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), notamment pour appuyer leurs actions en Libye pour une protection des personnes "au plus près des zones de conflit ". "L'Europe doit construire un espace commun de protection et de solidarité en créant un Office européen de l'asile et un programme commun d'intégration et de formation des réfugies", a-t-il affirmé.

Recommande: