Taxe d'habitation : le geste ultra-symbolique d'un maire contre Macron

06 Octobre, 2017, 02:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Emmanuel Macron

Jean-François Damien, maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle) est passablement agacé par le gel des dotations aux collectivités locales.

Avec la suppression de la taxe d'habitation, on m'enlève le dernier moyen d'obtenir de l'argent frais. Mais Jean-François Damien n'est pas le seul à être mécontent de la situation. "Ce à quoi s'ajoute la perte de deux emplois aidés et l'entretien des bâtiments de la mairie, de l'école, de voirie, de réseaux d'eau... Ma commune est trop petite", explique-t-il à franceinfo, jeudi 5 octobre. Il ajoutait auprès de RMC: "A part me plaindre auprès de mes habitants ou du sénateur de ma circonscription, je n'ai pas, à mon niveau, de moyens de réagir". Attention, je ne l'ai pas découpée!

Et l'initiative de Jean-François Damien n'a pas été appréciée du tout dans les instances supérieures: "Le sous-préfet n'était pas content, il m'a dit que c'était un outrage au président". Je pensais qu'il serait un peu plus compréhensif. Il souhaite ainsi contester la baisse de dotations de l'Etat aux collectivités territoriales: "Jai pensé me mettre en grève, comme le maire d'Evreux, mais ça n'aurait eu aucun impact". Le sujet sera sans doute encore largement commenté, samedi, à Pont-à-Mousson, où l'association des maires de Meurthe-et-Moselle tiendra son assemblée générale annuelle.

Si l'édile s'en prend aujourd'hui à Emmanuel Macron, il est aussi remonté contre les précédents gouvernements: "Que ce soit sous Sarkozy ou Hollande, depuis sept ans nous avons perdu 45 % de financements".

Le maire de Grand-Failly a décidé de masquer d'un tiers le portrait du Président de la République dans sa mairie.

"On m'a appelé pour me dire que c'était un outrage au président et qu'il pourrait y avoir des poursuites, relate l'élu".

Retrouvez la photo de ce portrait coupé ici.

Recommande: