Le Roi Salmane à Moscou: Diplomatie et or noir…

06 Octobre, 2017, 01:02 | Auteur: Lynn Cook
  • Crédit DR

La rencontre entre les dirigeants russe et saoudien, qui ont scellé jeudi d'importants accords militaires et énergétiques à l'occasion de la première visite du roi Salmane à Moscou, a renforcé cette impression. L'Arabie saoudite est en effet le principal allié des Etats-Unis au sein du monde arabe et a toujours entretenu des relations glaciales avec Moscou. "Nous attendons le roi en visite le 5 octobre", a indiqué M. Ouchakov, sans donner plus de détails. Les accords signés " permettent d'élever le partenariat russo-saoudien à un niveau inédit", a renchéri le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à l'issue de ces négociations.

La visite du souverain saoudien était "préparée depuis plusieurs années", selon une source diplomatique citée par Kommersant. Un fonds commun russe et saoudien investira par ailleurs 150 millions de dollars dans la société russe de services pétroliers Eurasia Drilling Company, a-t-il ajouté.

"A Ryad, l'agence officielle saoudienne SPA a brièvement indiqué que la visite du roi Salmane répondait à " une invitation " de V. Poutine et que les deux hommes discuteraient des " relations bilatérales " et des moyens de les " dynamiser", ainsi que de " sujets régionaux et internationaux ". Comme sur le conflit au Yémen, des désaccords opposent les deux pays sur le dossier syrien, Moscou soutenant le régime de Bachar el-Assad et Riyad épaulant l'opposition. Mais ainsi, l'Arabie saoudite reconnaît la Russie comme un acteur important dans la région, alors qu'il y a deux ou trois ans, la rhétorique était différente, allant jusqu'aux menaces directes.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres producteurs, dont la Russie, se sont engagés fin 2016 à limiter leur production dans le but de faire baisser le volume de brut disponible sur le marché mondial et ainsi tenter de redresser les prix des hydrocarbures. Parmi ces accords figure notamment la construction par le groupe pétrochimique russe Sibour d'une usine en Arabie saoudite, a-t-il déclaré dans une interview au Financial Times, selon le ministère de l'Energie. Vladimir Poutine, qui a rencontré mercredi à Moscou son homologue vénézuélien Nicolas Maduro, dont le pays est un autre grand producteur de pétrole, a jugé possible une prolongation au-delà de 2018 de cet accord, censé expirer en mars prochain.

Recommande: