Le Nobel de médecine à trois Américains spécialistes de l'horloge biologique

03 Octobre, 2017, 03:55 | Auteur: Jonathan Ford
  • Nobel les Américains Jeffrey C. Hall Michael Rosbash et Michael W. Young prix de médecine

Aujourd'hui, tout le monde ou presque connaît le terme "horloge biologique". Ils fluctuent selon un rythme de 24 heures, donnant le tempo du jour et de la nuit à notre organisme.

Les trois chercheurs "ont pu s'introduire dans notre horloge biologique et élucider son fonctionnement interne". Et donc les rythmes circadiens. Dans la majorité des cas (à l'exception de 39), ces prix ont été partagés entre plusieurs médecins ou chercheurs.

Mais il fallut attendre les années 1980 et les travaux de Jeffrey Hall et Michael Rosbash, de la Brandeis University à Boston, avec Michael Young, de la Rockefeller University à New York, sur la drosophile, la mouche du vinaigre, pour comprendre les mécanismes biologiques à l'intérieur de la cellule vivante qui gouvernaient ce rythme de 24h.

Ensuite, en 1994, Michael Young a découvert un deuxième gène de l'horloge, appelé timeless. Ce petit gène avait une action bien particulière: il permettait, la nuit, la fabrication d'une protéine qui s'accumulait dans les cellules.

Au cours des années, d'autres rouages de l'horloge biologique ont été découverts.

Cette connaissance est applicable à l'humain, puisque l'horloge biologique est gouvernée par les mêmes principes chez tous les organismes multicellulaires. Si la médecine a d'abord tenté ce fils de journaliste, il s'orienta très vite vers la biologie: il fit ses armes au sein du laboratoire de Philip Ives qui lui révéla les mystères de la drosophile et qu'il considère comme l'une des personnes ayant eu le plus d'influence dans sa vie. Le rythme circadien permet notamment de régler les besoins en sommeil et nourriture et d'adapter la pression artérielle et la température corporelle.

Recommande: