Un député En Marche veut supprimer les allocations familiales des plus riches

30 Septembre, 2017, 13:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Caisse d'allocations familiales du Pas-de-Calais

Allons-nous vers la fin de l'universalité des allocations familiales? Mais la suppression de l'universalité des allocations familiales pourrait s'inviter un jour dans l'hémicycle. C'est en tout cas ce que souhaitent plusieurs parlementaires, emmenés par le député de La République en Marche Olivier Véran, qui estime que les ménages les plus aisés n'ont pas de raison de recevoir ce type d'aide. Mais l'AGIRC-ARRCO est revenu récemment à la charge, avec succès; puis diverses prestations ont été modulées en fonction inverse des ressources; et maintenant c'est un député qui propose à nouveau la mise sous conditions de ressources des allocations familiales.

C'est dans les colonnes de nos confrères de Figaro qu'Olivier Véran a évoqué une situation qui lui semble aujourd'hui anormale. Et ceci quel que soit le montant des revenus.

Alors que l'exécutif a présenté son projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, plusieurs députés réfléchissent à faire évoluer la politique familiale.

Le montant des allocations familiales reversées à ces familles aux revenus confortables (60 euros mensuels maximum) peut alors sembler "dérisoire " par rapport à leur budget. C'est une proposition, a expliqué le rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, sur Europe 1.

Avec la modulation décidée pendant le quinquennat de François Hollande, l'économie avec été de 400 millions d'euros par an.

Cette mesure permettrait selon lui de réaliser 440 millions d'économies par an, et atténuerait l'image du budget 2018 pensé pour satisfaire les plus riches, au nom d'une très hypothétique théorie du ruissellement. Au total, 455.000 familles avaient été concernées, soit 9.5% des bénéficiaires des allocations familiales.

Recommande: