L'Iran teste un nouveau missile longue portée

24 Septembre, 2017, 00:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Un missile balistique présenté durant le défilé militaire du 22 septembre à Téhéran

Au lendemain d'un important défilé militaire organisé dans sa capitale, l'Iran annonce ce samedi, via sa télévision d'État, avoir tiré "avec succès" son nouveau missile balistique Khoramshahr.

La télévision d'État n'a pas précisé quand exactement le lancement avait eu lieu mais vendredi, lors de la présentation du missile pendant le défilé militaire marquant le déclenchement de la guerre par l'Irak contre l'Iran en 1980, un responsable iranien avait indiqué qu'il serait "opérationnel dans un avenir proche". D'une portée de 2000 kilomètres et contenant de multiples têtes, cette arme a été dévoilée vendredi.

"Le missile balistique qu'a tiré l'Iran constitue une provocation à l'égard des Etats-Unis et de ses alliés dont Israël, et un moyen de tester nos réactions", a affirmé le ministre dans un communiqué.

L'engin, capable de transporter plusieurs charges, avait été présenté vendredi lors d'une parade militaire au cours de laquelle le président Hassan Rohani avait déclaré que l'Iran entendait renforcer ses capacités balistiques sans avoir à demander l'autorisation à des puissances étrangères. Non seulement nous allons développer nos missiles mais aussi nos forces aériennes, terrestres et maritimes.

Le texte vise à contrôler le caractère civil des activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée progressive de sanctions contre Téhéran. Mais depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les Etats-Unis ont multiplié les attaques contre l'accord, que M. Trump avait l'an passé promis de "déchirer".

"Depuis l'accord, nous n'avons pas constaté que la région est devenue plus stable et pacifique", a dit Rex Tillerson, évoquant le soutien iranien au régime de Bachar el-Assad, ainsi que le développement du programme de missiles balistiques de Téhéran.

Les responsables iraniens affirment que les missiles de leur pays ne sont pas conçus pour porter des têtes nucléaires, et que, plus largement, Téhéran n'a pas de programme pour fabriquer des armes nucléaires.

Recommande: