Croissance : 4 régions marocaines sortent du lot

21 Septembre, 2017, 03:22 | Auteur: Aubrey Nash
  • Ahmed Lahlimi Haut commissaire au plan.. DAVID RODRIGUES  LE DESK

En outre, les comptes régionaux de 2015 font ressortir aussi des inégalités dans les taux de croissance du PIB en volume entre les régions.

L'économie marocaine a enregistré, en 2015, un produit intérieur brut (PIB) de 967,5 milliards de dirhams (MMDH) en volume et de 988,02 MMDH aux prix courants, soit une croissance de 4,5% et une augmentation en valeur de 6,8% par rapport à 2014.

Il s'agit des régions de Dakhla-Oued Eddahab (16,5%), de Laâyoune-Sakia El Hamra (10,2%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,9%) et de Casablanca-Settat (7%)", apprend-on auprès du HCP qui précise également que "deux régions ont marqué des taux de croissance proches de la moyenne nationale; il s'agit de Béni Mellal-Khénifra (4,3%) et de Guelmim-Oued Noun (4,1%) alors que les autres régions présentent des taux de croissance entre 2,2% (région de Rabat-Salé-Kénitra) et -0,1% (région de Fès-Meknès). Des bonds sensibles qui s'expliquent par le lancement de différents projets de développement dans les provinces du sud. Cinq autres régions ont représenté 40,4% du PIB: Tanger-Tétouan-Al Hoceima (10,1%), Fès-Meknès (9%), Marrakech-Safi (8,9%), Souss-Massa (6,5%) et Béni Mellal-Khénifra (5,8%). Ensemble, ces deux régions participent pour 25% à la croissance du PIB en volume.

Le HCP relève des disparités significatives entre la contribution des régions au PIB du Maroc. Il s'agit de Dakhla-Oued-Ed Dahab (16,5%) et Laâyoune-Saguia Al Hamra (10,2%). Concernant le secteur tertiaire, la participation des régions Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima a atteint 59,3%. Les régions de Guelmim-Oued Noun, de Dakhla-Oued-Ed Dahab et de Rabat-Salé-Kénitra présentent des structures économiques dominées par les activités des services, avec des parts largement supérieures à la moyenne nationale, respectivement de 68,4%, 64,6% et 62,8%. Pour ce qui est du PIB régional par habitant, il s'élève à 28953 DH en 2015 au niveau national. Il s'agit des régions de Dakhla-Oued-Ed Dahab (74254 DH), de Casablanca-Settat (45846 DH), de Laayoune-Saguia al Hamra (40154 DH), de Rabat-Salé-Kénitra (34271 DH) et de Guelmim-Oued Noun (30102 DH).

Celles de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, de Fès-Meknès, de Marrakech-Safi et de Souss-Massa ont participé pour 41,2% aux DCFM.

Les régions de l'Oriental, de Drâa-Tafilalet et les trois régions du sud n'ont contribué qu'à hauteur de 11,3% à la création de PIB en valeur, avec 4,8%, 2,6% et 3,9%respectivement.

Les régions de Casablanca-Settat et de Rabat-Salé-Kénitra ont, quant à elles, participé par 40,2% aux DCFM, avec 25,7 et 14,5% respectivement. L'écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 53,1 Mrds Dhs en 2014 à 56,9 milliards en 2015.

Le reste des régions ont contribué pour 18,6% des DCFM, avec des apports compris entre 0,7% pour la région de Dakhla-Oued-Ed Dahab et 6,8% pour la région de l'Oriental.

Globalement, les disparités des dépenses de consommation se sont accentuées.

L'écart absolu moyen est passé de 9.582 DH en 2014 à 11.019 DH en 2015. Là aussi, "la dispersion des dépenses de consommation finale des ménages par tête a connu une augmentation". L'écart absolu moyen est passé de 2530 DH en 2014 à 2905 DH en 2015.

Recommande: