Première Assemblée Générale de l'ONU pour Donald Trump et Emmanuel Macron

19 Septembre, 2017, 00:33 | Auteur: Lynn Cook
  • Illustration

Dans le même temps, une réforme des opérations de maintien de la paix et du système d'aide au développement de l'ONU, ainsi que des stratégies destinées à parvenir à une parité des sexes et à mettre fin aux violences sexuelles, est également en cours, a précisé le secrétaire général.

Pendant une semaine, outre les crises, ces représentants échangeront au cours d'allocutions, de débats et de rencontres bilatérales, pour une réforme des Nations Unies.

Les discours pour l'Assemblée générale annuelle de l'ONU commenceront mardi avec notamment ceux des dirigeants américain, français, marocain, turc ou israélien.

Emmanuel Macron entend profiter de cette Assemblée pour défendre l'environnement et le multilatéralisme, y compris auprès du président américain Donald Trump.

Les mots qu'ils prononceront à la tribune seront scrutés avec d'autant plus d'attention que la 72 Assemblée générale s'ouvre sur fond de tensions majeures autour de la Corée du Nord, d'impuissance face à la guerre en Syrie - qui perdure depuis six ans - et d'inquiétudes autour de l'accord sur le nucléaire iranien, que Donald Trump menace de remettre en cause.

"L'organisation, régulièrement accusée de n'être " qu'une grosse machine " coûteuse et handicapée par ses lourdeurs administratives, doit devenir " plus performante et plus efficace", indique le président Trump. Trois interventions sont prévues, du président américain, de son ambassadrice à l'ONU Nikki Haley et du secrétaire général des Nations Unies, le Portugais Antonio Guterres.

Parmi les signataires, la France a renâclé jusqu'au dernier moment pour finalement signer le texte. La position finale de la Chine et de la Russie, autres membres permanents du Conseil de sécurité, reste incertaine.

Recommande: