Un bar à cocktails accusé d'apologie de l'esclavagisme, l'établissement s'en défend — Lyon

17 Septembre, 2017, 05:03 | Auteur: Lynn Cook
  • DR Heure Bleue

D'abord séduite par les cocktails et la décoration du bar La Première Plantation dans le 6e arrondissement de Lyon, la journaliste du Petit Bulletin raconte avoir été surprise par les "propos douteux" de l'un des patrons. "Mon nom, La Première Plantation, est une référence aux plantations de canne à sucre (le rhum en est issu) dans les colonies françaises, explique-t-il à la reporteur. Je cherche à retranscrire l'esprit colonial, un esprit à la cool, une époque où l'on savait recevoir." .

L'établissement a ensuite été accusé de faire l'apologie de l'esclavagisme, et d'avoir été visiblement contraint de fermer la possibilité de laisser un commentaire sur sa page Facebook. Le bar qu'il a créé avec un associé, La Première Plantation, s'est retrouvé dans la tourmente après un article publié sur Le Petit Bulletin. En cause: les propos tenus par l'un des deux gérants de l'établissement. D'autant que la suite s'est avéré tout aussi surprenante. Une pétition lancée sur change.org par le collectif Des Raciné.e.s demande par ailleurs carrément la fermeture sans délai du bar. Interrogés dans la foulée sur la question des esclaves, les créateurs de l'endroit ont déclaré "ah, on a mis quelques photos dans les toilettes". Outre la référence aux plantations de canne à sucre, le nom de l'établissement, ajoutent-ils, fait référence au fait que pour eux "cette ouverture est une première pour nous, une première plante". Mais ils ont répondu aux critiques ce jeudi sur Facebook, expliquant n'avoir "jamais eu la volonté de faire une quelconque apologie de la période colonialiste, période que nous condamnons". "Dépassés par la maladresse de leur propos, ils ne méritent certainement pas la violence du traitement qui leur est infligé aujourd'hui".

Recommande: