Aung San Suu Kyi va sortir de son silence — Birmanie

17 Septembre, 2017, 00:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Rohingyas : Aung San Suu Kyi annule un déplacement à l'ONU

L'an dernier à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU, la prix Nobel de la paix, qui dirige de facto le gouvernement birman depuis avril 2015, avait promis de soutenir les droits de cette minorité musulmane.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi s'adressera la semaine prochaine à la nation au sujet de la crise dans l'ouest du pays, qui a poussé 379.000 Rohingyas à l'exode, a annoncé mercredi le gouvernement.

Le cabinet du premier ministre a soutenu mercredi que M. Trudeau avait insisté auprès de Mme Suu Kyi pour que les leaders militaires et civils du pays prennent une position ferme afin de mettre un terme aux violences, qu'ils protègent les civils et qu'ils permettent aux agences des Nations unies et aux organismes humanitaires de venir en aide aux Rohingyas. Malades, blessés pour certains, affaiblis et affamés, les réfugiés arrivent complètement démunis dans une zone où les camps miséreux sont déjà surpeuplés.

"La conseillère d'Etat n'assistera pas à l'assemblée générale de l'ONU" fin septembre, a déclaré mercredi à l'AFP Zaw Htay, son porte-parole à quelques heures d'une réunion du Conseil de sécurité qui doit discuter, à huis clos, de cette crise.

Fin août, les rebelles de l'armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), plus connu localement sous le nom Harakah al-Yaqin ("Mouvement de la foi" en arabe), avaient réussi à coordonner des attaques contre plusieurs dizaines de postes-frontières birmans, équipés de simples machettes et couteaux.

Même si nombre des Rohingyas sont présents en Birmanie depuis des décennies, ils restent considérés comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin. Ils n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles, aux hôpitaux.

Recommande: