Fragile mentalement, Salah Abdeslam voit ses conditions de détention assouplies

16 Septembre, 2017, 01:00 | Auteur: Lynn Cook
  • Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis le 27 avril 2016

Les conditions de détention de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, ont été révisées en raison de son état psychologique inquiétant, écrit vendredi Le Parisien.

Le détenu ferait preuve d'une grande irritabilité et montrerait des signes de paranoïa, restant la plupart du temps prostré dans sa cellule, rapporte Le Parisien.

Pourtant certains aspects de ses conditions de détention pourrait sembler relativement convenables eu égard des autres détenus de Fleury-Mérogis, qui accueille environ 4.500 prisonniers pour 3.000 places.

Ainsi, notamment, la vitre de séparation en plexiglas qui équipait le parloir du détenu a été retirée afin que celui-ci puisse être en contact avec ses proches. Seule sa famille, dans des conditions bien spécifiques de sécurité, y est autorisée.

Salah Abdeslam devrait repartir à la fin de l'année vers la Belgique pour être jugé à propos de la fusillade entre terroristes et forces de l'ordre lors de l'épisode précédant son arrestation à Forest, le 15 mars 2016.

Un espace de promenade a également été aménagé sur le toit. Il peut s'y rendre une heure le matin et une heure l'après-midi. In fine, concernant sa religion: il pourra faire sa prière avec un tapis qui lui sera fourni avec un exemplaire du Coran.

Autre changement: le détenu verra le monde extérieur et non plus seulement la lumière du jour.

Insiste l'administration pénitentiaire auprès du quotidien. La justice française dit même craindre le suicide du prisonnier le plus surveillé de France.

"Tout cela est possible parce qu'il est surveillé 24 heures sur 24" et parce que "son comportement est conforme aux standards de la détention", a déclaré une source de l'administration pénitentiaire à l'AFP.

Recommande: