En réponse aux nouvelles sanctions, Pyongyang tire un nouveau missile

16 Septembre, 2017, 01:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Un missile nord-coréen a de nouveau survolé le nord du Japon avant de venir s'écraser dans l'océan Pacifique à 2000 kilomètres de la côte Est d'Hokkaido

Ce tir est la réponse du régime de Pyongyang au huitième train de sanctions voté à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies lundi à New York, après cet essai nucléaire nord-coréen. "Lancement de missile! Lancement de missile!".

Par ailleurs, le système d'avertissement J-Alert a été déclenché dans plusieurs régions au nord de l'archipel. Mettez-vous à l'abri dans un bâtiment ou un sous-sol.

L'information a été confirmée par les autorités japonaises qui ont profité de l'occasion pour dénoncer le nouveau tir nord-coréen.

L'ONU sanctionne, Pyongyang réplique. Il a parcouru 3.700 km et atteint une altitude maximale de 770 km. Il a également répété sa volonté "en lien avec les États-Unis, la Corée du Sud et les autres pays concernés pour répondre de façon appropriée et avec le sens de l'urgence".

Le président américain Donald Trump a été informé, mais n'a pas réagi personnellement. Le Nord devra assumer l'entière responsabilité des conséquences de ses actes de provocation, a-t-il averti dans un communiqué.

La Russie, tout comme la Chine -principal allié et soutien économique de Pyongyang- ont approuvé cette résolution tout en forçant Washington à revoir à la baisse son projet initial, qui prévoyait notamment un embargo total sur le pétrole et le gel des avoirs du dirigeant nord-coréen.

Poutine a donc tout intérêt à calmer le jeu, mais ce que craignent les États-Unis, ce n'est pas la petite et courageuse Corée, qui ne se laisse pas dominer, c'est l'axe Moscou-Pékin et à terme, le basculement du centre de gravité mondial de la puissance économique et diplomatique vers l'Asie. "Ce qui est en cause, c'est la sécurité non seulement de cette région du monde mais aussi la sécurité internationale et l'Europe est concernée puisque les Nord-Coréens nous ont apporté une forme de démonstration que l'Europe est potentiellement à portée de leurs missiles", a souligné la ministre. Reste à présent à savoir si une escalade va pouvoir être évitée.

Recommande: