La Corée du Nord se paye Emmanuel Macron — Arme nucléaire

11 Septembre, 2017, 05:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Et la Corée du nord fête l'anniversaire de sa création

Réagissant notamment à des propos du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui avait estimé que la Corée du Nord serait en capacité de frapper l'Europe "en quelques mois", Ri Tok-Son, directeur adjoint du département européen du ministère des Affaires étrangères nord-coréen, a opté pour le sarcasme lors d'un entretien accordé à l'AFP. "Le monde sera témoin de la façon dont la Corée du Nord dompte les gangsters américains en lançant une série d'actions qui seront plus dures qu'ils ne l'ont jamais imaginé", ajoute-t-il.

Alors que le secrétaire général des Nations Unies (#ONU), Antonio Guterres, condamnait il y a de cela une semaine un nouvel essai nucléaire de la part de la "République populaire démocratique de Corée" trahi par des activités sismiques douteuses, Les #Etats-Unis, la France et le Japon demandent en urgence ce lundi 11 septembre un vote à l'ONU concernant de nouvelles sanctions contre Pyongyang malgré les réticences Russes et Chinoises.

Alors que les observateurs craignaient un nouveau test de missile à l'occasion de la fête d'indépendance de la Corée du Nord le 9 septembre, le leader Kim Jong-Un a préféré organiser un banquet en l'honneur des scientifiques travaillant sur le programme nucléaire.

Dans un communiqué reproduit par l'agence de presse officielle KCNA, le ministère des Affaires étrangères avertit que si Washington "met en place cette résolution illégale sur un durcissement des sanctions, la Corée du Nord fera en sorte d'être absolument sûre que les Etats-Unis en payeront le prix". "Si les armes nucléaires sont si mauvaises, la France devrait alors d'abord abandonner ses armes nucléaires puisqu'elle n'est sous la menace nucléaire de personne".

A la manoeuvre à l'Onu, les Etats-Unis ont détaillé mercredi les nouvelles sanctions qu'ils souhaitent voir imposer à la Corée du Nord en réponse à l'essai nucléaire effectué par Pyongyang dimanche dernier, le sixième et à ce jour le plus puissant.

"Il est ridicule de dire que les armes nucléaires de la [Corée du Nord], force dissuasive contre le chantage et la menace nucléaire américaine, puissent viser l'Europe."
Le régime nord-coréen a procédé le 3 septembre à son sixième essai nucléaire.

Recommande: