87.000 personnes fuissent vers le Bangladesh — Violences en Birmanie

10 Septembre, 2017, 08:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Birmanie: le calvaire des Rohingyas

Considérés comme des étrangers en Birmanie, pays à plus de 95% bouddhiste, les Rohingya sont apatrides, même si certains vivent dans ce pays depuis des générations.

Les autorités Birmanes ne font qu'observer les violences des bouddhistes contre les musulmans depuis 2012. Toute la zone pâtit de cette nouvelle flambée de violences. De nombreux programmes d'aide menés dans le nord de Rakhine avant le déclenchement des violences, y compris l'aide alimentaire de secours fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM), ont été suspendus depuis le début des combats. Ces derniers ont en effet déclaré avoir été atteints par des mines.

En octobre dernier, l'armée a lancé une grande opération après l'attaque de postes frontières par des hommes armés dans le nord de l'Etat Rakhine. Cette élocution du président Turc qui fait suite à la répression des forces de sécurité a poussé la semaine dernière 70 000 Rohingyas à fuir leurs maisons pour le Bangladesh voisin, selon les estimations de l'ONU. Plusieurs villages ont été détruits par le feu près de la frontière birmane, occasionnant plus de 400 morts. L'Unicef n'a plus accès à plus de 4 000 enfants qui étaient traités pour malnutrition à Buthidaung et Maungdaw, a-t-il précisé.

Par ailleurs, l'ONU avertit que les camps situés au sud-est du Bangladesh ont atteint leur point de saturation.

Dans un communiqué publié le 8 septembre sur la page Facebook d'Al-Azhar, le Cheikh Ahmed El-Tayyeb appelle notamment la Ligue arabe, l'Union européenne et l'Organisation des nations unies (ONU) "à prendre des mesures pour forcer le Myanmar à stopper la discrimination religieuse et raciale", rapporte l'agence de presse égyptienne Arhamonline. A travers le Bangladesh, ce sont plus de 15.000 manifestants qui ont dénoncé le "génocide rohingya". D'abord en Tchétchénie où un million de personnes se sont réunies sur une place de Grozny.

Les organisations pensent que des milliers d'autres sont toujours en chemin. Les manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade de Birmanie munis de banderoles aux slogans appelant à la fin des violences. Pour autant, Washington ne souhaite pas blâmer la prix Nobel de la paix, sous pression internationale pour résoudre cette crise.

Quelle est l'ampleur de la crise humanitaire dont sont victimes les Rohingyas?

Recommande: