L'Iran risque de devenir la prochaine Corée du Nord — Haley prévient

08 Septembre, 2017, 01:30 | Auteur: Jonathan Ford
  • Haley prévient: l'Iran risque de devenir la prochaine Corée du Nord

Les deux dirigeants "partagent le point de vue que la communauté internationale doit encore accroître la pression sur le régime nord-coréen et que le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter rapidement de nouvelles sanctions plus sévères", a indiqué le porte-parole de la chancellerie, Steffen Seibert, dans un communiqué.

"L'ONU a besoin d' "unité", a-t-il ajouté en espérant le soutien de Moscou et de Pékin".

La bombe à hydrogène que Pyongyang a fait exploser dimanche avait une puissance estimée à 50 kilotonnes, soit cinq fois plus que le précédent test nord-coréen, et plus de trois fois plus que la bombe américaine lâchée sur Hiroshima en 1945, selon des responsables sud-coréens.

De leur côté, les Etats-Unis activent pour que l'ONU prenne "les mesures les plus fortes possibles" pour sanctionner le dernier essai nucléaire nord-coréen, a affirmé Nikki Haley.

Nikki Haley n'a toutefois pas précisé dans quels secteurs pourraient s'appliquer de nouvelles sanctions.

Pour sa part, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Liu Jieyi, a condamné le dernier essai nucléaire de la RPDC, et a exhorté le pays à revenir sur la voie du dialogue. Lundi, les Etats-Unis avaient sèchement qualifié cette proposition d'"insultante" en la rejetant catégoriquement.

Les Etats-Unis et leurs alliés européens et japonais, vont donc soumettre un nouveau projet de résolution visant la Corée du Nord à la négociation des membres du Conseil de sécurité des Nations Unies. "Grâce au dialogue, nous pouvons aboutir à une dénucléarisation de la péninsule coréenne", a-t-il ajouté. "L'ONU ne dégagera pas une solution sur la Corée du Nord". "Nous ne le ferons pas" car "on ne peut baisser la garde" alors que le régime nord-coréen "ne demande qu'une chose, la guerre", a-t-elle dit.

Pour éviter une escalade guerrière entre Américains _ Washington s'est dit prêt à utiliser le feu nucléaire (Lire aussi) _ et Nord-Coréens, Pékin et Moscou ont récemment proposé un "deal ": une suspension des manoeuvres américano-sud-coréennes contre un gel des programmes d'armement nord-coréens.

Face au nouveau défi à la communauté internationale lancé par Pyongyang, Séoul et Washington ont annoncé le renforcement en Corée du Sud du système de lance-missiles Thaad (Terminal High-Altitude Area Defense), le bouclier américain qui provoque la fureur de Pékin.

Le président américain Donald Trump et son homologue sud-coréen Moon Jae-In sont par ailleurs tombés d'accord pour supprimer le seuil limitant la charge portée par les missiles de la Corée du Sud à 500 kg. Dimanche, Donald Trump a menacé d'arrêter "tous les échanges commerciaux" avec "tout pays faisant des affaires avec la Corée du Nord". Mais les répercussions sur les Etats-Unis seraient également dramatiques, car la Chine est un partenaire économique important. Le Nord justifie ses programmes nucléaire et balistique par la nécessité de se protéger des Etats-Unis.

Recommande: