Dures sanctions en négociations — Corée du Nord/ONU

08 Septembre, 2017, 01:33 | Auteur: Lynn Cook
  • International

Suite à ce sixième essai nucléaire de Pyongyang, le plus puissant à ce jour, les Etats-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier de nouvelles sanctions sévères de l'ONU contre la Corée du Nord mais la position de Pékin et Moscou, dotés d'un droit de veto, restait incertaine.

La RPDC a détonné dimanche une bombe à hydrogène capable d'être transportée par un missile balistique intercontinentale (ICBM), selon la Télévision centrale de RPDC. Depuis que la Corée du Nord a revendiqué, dimanche, l'essai réussi d'une bombe H, la plus puissante jamais testée par Pyongyang, la Corée du Sud a lancé lundi des manœuvres terrestres à tirs réels et la marine sud-coréenne a fait de même mardi dans l'espoir de dissuader Pyongyang de toute provocation en mer. François Delattre, ambassadeur français à l'ONU, a souligné que la menace était passée de "régionale à globale".

Dans l'immédiat, Séoul et Washington ont annoncé le renforcement en Corée du Sud du système anti-missiles Thaad (Terminal High-Altitude Area Defense) ainsi que la suppression du seuil limitant à 500 kg la charge portée par les missiles sud-coréens. Le Nord menace aussi d'envoyer des missiles près du territoire américain de Guam, dans le Pacifique. Sur le plan interne, ces essais nucléaires et tirs de missiles visent à renforcer le pouvoir du leader face à ses généraux.

Des soldats sud-coréens dans la zone démilitarisée frontalière entre les deux Corées le 4 septembre 2017
Des soldats sud-coréens dans la zone démilitarisée frontalière entre les deux Corées le 4 septembre 2017

La chancelière allemande Angela Merkel s'est entretenue lundi par téléphone avec le président américain Donald Trump au sujet de la question nucléaire en République populaire démocratique de Corée (RPDC). Il a demandé "toutes les mesures diplomatiques, et notamment des sanctions au Conseil de sécurité de l'ONU pour isoler complètement la Corée du Nord", a déclaré le conseiller du président Chung Eui-Yong après une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale.

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mardi "inutile et inefficace" le recours à de nouvelles sanctions contre Pyongyang, estimant que "s'engager dans une hystérie militaire" autour de la Corée du Nord "n'a aucun sens". Mais les répercussions sur les Etats-Unis seraient également dramatiques car la Chine est leur partenaire économique central. Elle a été ressentie dans certaines parties de la Chine et de la Russie, et suivie d'une réplique peut-être provoquée par un affaissement. Celui-ci prévoit le gel des tests atomiques et de missiles nord-coréens en échange d'une suspension des exercices militaires conjoints des armées américaine et sud-coréenne. Cela n'a pas empêché le Nord, qui justifie ses programmes nucléaire et balistique par la nécessité de se protéger des Etats-Unis, de se féliciter d'une "réussite parfaite". Quelques heures avant l'essai, le régime avait publié des photos montrant son dirigeant Kim Jong-Un en train d'inspecter un engin présenté comme une "bombe thermonucléaire à superpuissance explosive".

Recommande: