Poutine se moque des USA — Crise Usa-Russie

07 Septembre, 2017, 02:19 | Auteur: Lynn Cook
  • POUTINE JUGE DE NOUVELLES SANCTIONS CONTRE PYONGYANG SANS EFFET

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a appelé dimanche la communauté internationale à "ne pas céder aux émotions" après l'annonce par la Corée du Nord d'un sixième essai nucléaire, qui crée une "menace réelle" dans la région. Ces mesures pourraient concerner les secteurs du pétrole et du tourisme ainsi que le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés, après les sanctions adoptées début août à l'unanimité, visant à priver le pays d'un milliard de dollars de recettes tirées de ses exportations de charbon, de fer et de sa pêche. La Corée du Nord a effectué dimanche son sixième essai nucléaire. "Nous sommes convenus de préparer la base de coopération pour que la Corée du Nord participe au développement de l'Extrême-Orient". Lors d'un déplacement en Chine, il a confié aux journalistes présents que "rétablir l'hystérie militaire dans de telles conditions est insensé; C'est une impasse". Cependant le chef d'Etat russe a fait savoir que le problème nord-coréen ne pourra pas être résolu seulement par des sanctions et de la pression, et a souligné la nécessité de reprendre le dialogue avec le Nord.

Réagissant sur l'état des relations entre son pays la Russie et les Usa, le président Vladimir Poutine a affirmé ne pas être "déçu ". "Pour sa part, le secrétaire général Antonio Guterres a reconnu que l'ONU avait des moyens " limités " pour résoudre la crise, mettant en avant l'importance pour les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France) " d'arriver à se mettre d'accord, ensemble, sur une seule stratégie pour négocier avec le gouvernement nord-coréen ".

Le président russe s'est également entretenu de la situation dimanche en Chine avec le président chinois Xi Jinping.

"Maintenant, plus que jamais, tout le monde devrait faire preuve du sang-froid et éviter toute action susceptible d'attiser les tensions", a-t-il poursuivi, ajoutant par ailleurs que Moscou ne reconnaissait pas à la Corée du Nord le statut de puissance nucléaire.

"Ils mangeront de l'herbe, mais n'arrêteront pas leur programme [nucléaire] tant qu'ils ne se sentiront pas en sécurité". Séoul a rejeté systématiquement l'option de baser les armes nucléaires américaines sur le sol sud-coréen pour la première fois depuis les années 1990, mais le ministre de la Défense, Song Young-moo, a déclaré que "toutes les options militaires disponibles " étaient envisagées pour faire face à la menace nord-coréenne.

Recommande: