Les 5 points-clés du gouvernement britannique — Immigration post-Brexit

07 Septembre, 2017, 01:43 | Auteur: Lynn Cook
  • JM-SYLVESTRE Brexit: Theresa May va proposer de verser 50 milliards d’euros pour débloquer la négociation

Rédigé par le Home Office, qui est le ministère de l'Intérieur britannique, le rapport est intitulé "The Border, Immigration and Citizenship System After the UK Leaves the EU" (La frontière, système d'immigration et de citoyenneté après la sortie du Royaume-Uni de l'UE).

Immédiatement après le Brexit, en mars 2019, le Royaume-Uni supprimera la libre circulation et mettra en place des mesures pour réduire le nombre d'immigrants en provenance de l'Union européenne, surtout les moins qualifiés, explique The Guardian ce mercredi 6 septembre en une.

Le gouvernement prévoit aussi d'instaurer un système où il sera possible pour le gouvernement de refuser aux Européens le droit d'entrée, ainsi que le droit au travail.

La question du statut est au cœur des négociations de divorce entre Londres et Bruxelles puisqu'elle concerne pas moins de 3,2 millions d'Européens qui vivent outre-Manche. A l'inverse, les travailleurs qualifiés devraient pouvoir bénéficier d'un permis de travail "pour une plus longue période de trois à cinq ans" [The Guardian].

JM-SYLVESTRE Brexit: Theresa May va proposer de verser 50 milliards d’euros pour débloquer la négociation
JM-SYLVESTRE Brexit: Theresa May va proposer de verser 50 milliards d’euros pour débloquer la négociation

Dans ce document gouvernemental, il est également écrit "que pour être considérée comme avantageuse pour l'ensemble du pays, l'immigration doit non seulement bénéficier aux migrants mais aussi profiter aux résidents".

Parmi les autres propositions, il y a aussi 'introduction d'un nouveau système limitant le droit des citoyens européens au regroupement familial et l'obligation de montrer un passeport plutôt qu'une carte d'identité en arrivant dans le pays.

Cette mesure concernerait même les ressortissants de l'Union européenne (UE).

Il est important de savoir que ce document reste une proposition et que beaucoup de choses doivent encore être négociées. Cependant la BBC rappelle que le gouvernement de Theresa May vise à réduire l'immigration nette en passant en-dessous de la barre des 100 000 nouveaux arrivants européens par an. Ainsi pour Andrew Green, président du think tank Migration Watch, "ces propositions se concentrent avec justesse sur la migration peu qualifiée" [BBC]. "L'opinion publique est très claire là-dessus, elle ne veut pas que l'immigration cesse mais qu'elle soit correctement contrôlée", a-t-il ajouté, précisant que les Britanniques souhaitaient voir mis en œuvre ce pourquoi ils avaient voté lors du Brexit.

Recommande: