Vladimir Poutine et Xi Jinping optent pour le dialogue — Crise Nord-Coréenne

06 Septembre, 2017, 12:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Corée du Nord: Moscou et Paris craignent que la situation dégénère

Selon lui, des sanctions accrues contre la Corée du Nord - comme demandées par les Etats-Unis et l'Allemagne - n'auront pas d'effet sur l'attitude de Pyongyang.

Sur le dossier nord-coréen, Vladimir Poutine est en phase avec son homologue russe, Xi Xinping.

"La Russie condamne ces exercices" de la Corée du Nord, qui a revendiqué dimanche l'essai réussi d'une bombe H, "mais le recours à n'importe quelles sanctions dans ce cas est inutile et inefficace", a martelé le président russe, en marge d'un sommet en Chine. "Il mis en garde contre " l'hystérie militaire " et le risque de " catastrophe planétaire ".

"Tout cela peut conduire à une catastrophe planétaire et à un grand nombre de victimes", a-t-il averti. "Nous estimons que ce sont des provocations". "On voit une Corée du Nord qui se fixe comme objectif d'avoir demain des missiles permettant de transporter l'arme nucléaire".

Dimanche, le régime de Pyongyang avait signé son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, affirmant avoir testé une bombe H qui pourrait être montée sur un missile balistique intercontinental (ICBM). "Il faut chercher à lancer un dialogue entre toutes les parties intéressées", a encore plaidé Vladimir Poutine. A l'opposé, le président américain Donald Trump, qui avait promis le mois dernier à Pyongyang "le feu et la fureur" s'il poursuivait ses menaces envers Washington, a jugé dimanche que désormais "tout discours d'apaisement ne fonctionnera pas".

En urgence, la Russie a dépêché en éclaireur son secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolaï Patrouchev (ex-chef du FSB, les services russes), qui s'est d'abord rendu à Séoul, où le ministre de la défense assure avoir détecté les préparatifs d'un nouveau tir de missile balistique en RPDC, avant de poursuivre sa mini-tournée à Tokyo. "Si l'ennemi lance une provocation au-dessus de l'eau ou sous l'eau, nous répondrons immédiatement afin de les enterrer en mer", a déclaré le Capitaine Choi Young-chan, commandant du 13e Groupe de combat maritime de la Corée du Sud.

Les membres du Conseil de sécurité restaient divisés lundi sur la mise en place de nouvelles sanctions contre la RPDC. Vivement critiqué par la communauté internationale, Pyongyang ne recule devient rien et multiplie les tests pour parfaire son armement nucléaire.

Recommande: