Laurent Wauquiez : deux couacs pour le lancement de sa campagne

06 Septembre, 2017, 00:34 | Auteur: Sue Barrett
  • J'appelle à l'unité face à la droite sectaire de Laurent Wauquiez

Une ligne politique qu'approuve toutefois Claude Guéant. Libérale convaincue, Virginie Calmels pourrait tenter d'infléchir la ligne dure de Laurent Wauquiez, critique sur l'Europe et tenté par une forme de protectionnisme. "Il a toujours démenti" toute alliance avec le parti de Marine Le Pen "et c'est absolument certain". Le vice-président du FN, Florian Philippot, a aussi dit vouloir le rencontrer.

"Ca ne veut pas dire qu'il est insensible à des thèmes qui ont été cultivés par le FN: la sécurité, l'immigration, c'est des problèmes en France, les Français le ressentent, le communautarisme, c'est un problème massif". Le président du groupe LR au Sénat, qui dira à la mi-septembre s'il est candidat à la présidence du parti, milite comme Laurent Wauquiez pour une droite qui n'ait pas "peur d'elle-même" et assume ses valeurs mais souligne dans L'Opinion de vendredi que "la clarification de doctrine ne doit pas empêcher le rassemblement".

Dans ces conditions, pourquoi le prétendant au poste de leader de la droite est-il tant décrié? "La querelle des égos au sein des Républicains, au sein de la droite n'est pas terminée". L'ancien membre du gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy était sur le plateau de CNews pour présenter son livre "Quelques vérités à vous dire", dans lequel il "ouvre ses placards" et règle ses comptes au sujet des différentes affaires judiciaires qui ont plombé sa carrière. La probable victoire de Laurent Wauquiez en décembre ne manquera sans doute pas d'entrainer de nouveaux départs du parti, et ce n'est pas le ralliement étonnant de Virginie Calmels à sa candidature qui devrait retenir les juppéistes.

Un président de la République qui - sur le droit du travail, sur l'école - braconne allègrement sur les terres idéologiques traditionnelles de la droite; un parti menacé d'explosion: le statut de président des Républicains a des allures de mission impossible.

"Le temps de la reconstruction est venu".

Le retour de la droite, donc, portée par le candidat pressenti comme futur président des Républicains, "mais une droite qui doit redevenir une droite populaire, une droite sociale qui passe par le travail".

Recommande: