Le Mexique défie à nouveau Donald Trump — USA

30 Août, 2017, 01:49 | Auteur: Lynn Cook
  • Trump a man of characters oeuvre de la Bibliothèque des tweets présidentiels

"Alors que le président Trump branduit désormais le spectre d'une crise gouvernementale s'il n'obtient pas son mur frontalier, voici une autre raison de s'y opposer: Il prévoit de débuter sa construction dans une réserve naturelle, mettant en danger d'extinction les ocelots et menaçant également les papillons monarques, les antilopes d'Amérique, les chevêchettes, et les loups gris mexicains", a-t-il ajouté.

"Nous avons vraiment besoin de ce mur", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche avec le président finlandais Sauli Niinistö.

Le président Trump avait justifié ce dimanche le paiement du mur par le Mexique arguant le fait que le pays possédait l'un des plus grands taux de criminalité au monde. "Le Mexique devra payer pour cela, en remboursant ou de toute autre manière", a-t-il ajouté.

La réponse ne s'est pas fait attendre.

Le Mexique a rapidement réagi par le biais de son ministère des Affaires étrangères, qui a réaffirmé que son pays ne cèdera pas à ce chantage et qu'il " ne paiera en aucune manière et dans aucune circonstance un mur. Selon lui, et alors que les négociations sont engagées pour redéfinir le cadre de l'accord de libre-échange nord-américain (Alena), les Etats-Unis pourraient bien finir par claquer la porte malgré tout.

Entre des tweets consacrés à la tempête Harvey, qui a déjà fait au moins trois morts au Texas, Donald Trump s'est de nouveau attaqué à son voisin mexicain.

Le sujet sera au coeur du débat sur le budget 2018 que doit voter le Congrès après sa rentrée de septembre. Donald Trump a indiqué ces derniers jours qu'il était prêt à aller jusqu'au blocage. Interrogé sur ce thème lundi, il a laissé planer le doute: "J'espère que cela ne sera pas nécessaire".

Le financement de ce mur long des 3.142 km de la frontière avec le Mexique, promesse de campagne de Donald Trump pour stopper l'immigration clandestine et le trafic de drogue, reste un casse-tête.

Vers une rupture avec le Mexique?

"Ce que nous allons faire, c'est un mécanisme par lequel nous obtiendrons du Congrès l'argent nécessaire pour ce projet crucial", a expliqué dimanche le conseiller à la sécurité intérieure auprès de la Maison Blanche, Tom Bossert, sur la chaîne de télévision ABC News.