Dara Khosrowshahi, un anti-Trump à la tête d'Uber

29 Août, 2017, 01:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le nouveau patron d'Uber devra redresser les comptes qui ont affiché une perte de 800 millions de dollars au second trimestre. AFP

"Khosrowshahi a émergé comme candidat leader pour être le directeur général à l'issue de réunions du comité de direction d'Uber avec trois finalistes", indique le journal qui cite "deux personnes proches du processus" de nomination ayant requis l'anonymat. Le géant du VTC n'a pas encore confirmé ou infirmé l'information.

Dara Khosrowshahi doit conclure la période la plus difficile de l'histoire d'Uber. Ainsi que celui de Meg Whitman, CEO de HPE, que les médias US voyaient comme favorite alors qu'elle avait pourtant tweeté il y a peu qu'elle ne dirigerait pas Uber. Mais depuis l'élection du milliardaire républicain à la présidence des États-Unis, en novembre 2016, Dara Khosrowshahi a multiplié les initiatives qui ont fait de son groupe l'un des leaders de l'opposition à Donald Trump au sein de la Silicon Valley. Il laisse derrière lui un bilan positif. La société organise en effet les voyages de ses utilisateurs en louant des transports en commun ou voitures, ce qui est plus ou moins ce que fait Uber, mais à plus grande échelle.

Originaire d'Iran, Khosrowshahi est également membre du comité de direction de The New York Times Company depuis 2015. La compagne a réussi à doubler son chiffre d'affaires depuis 2012 avec 8,8 milliards de dollars l'année dernière. "Je continue d'attendre le moment où notre président se montrera à la hauteur de ses fonctions, et il échoue, continuellement".

Si la nomination de Khosrowshahi était confirmée, sa tâche serait donc immense. Une aubaine pour les actionnaires de l'emblématique start-up américaine qui veulent désormais tourner la page Kalanick et redorer l'image de la marque Uber. Il devra aussi redresser les résultats de la société qui a enregistré une perte de 645 millions de dollars au deuxième trimestre.

Recommande: