Collomb: vers une opération Sentinelle " plus mobile "

23 Août, 2017, 00:36 | Auteur: Lynn Cook
  • La sœur de l’un des terroristes abattus à Cambrils n’arrive toujours pas à réaliser

Face à la menace terroriste, le ministre en charge de la sécurité intérieure a de plus en plus recours aux militaires.

Après les attentats en Espagne et plusieurs cas de voitures folles en France, il a réitéré son idée de vouloir mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatres pour identifier les profils "qui peuvent passer à l'acte". Interrogé mardi sur RMC, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé que le dispositif allait être repensé en conséquence pour davantage de "mobilité".

"Nous allons redéfinir le dispositif de manière à le rendre plus mobile".

"On sait que le bilan de Sentinelle est négatif", poursuit-il, "aujourd'hui, il ne s'agit pas d'aménager Sentinelle, il s'agit d'amener un dispositif portant probablement un nouveau nom qui irait beaucoup plus loin de Sentinelle". "Je crois que ce sera l'objet du prochain conseil de défense", a-t-il poursuivi, précisant qu'il était programmé pour le 30 août.

Rappelant la promesse du président de la République de créer 10 000 postes dans les forces de l'ordre sur cinq ans, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a donné un aperçu du calendrier défini par le gouvernement lors d'une interview sur BFMTV, le 22 août.

L'attaque d'une patrouille de militaire mercredi 9 août à Levallois-Perret avait déjà relancé le débat sur l'opération Sentinelle. Sur ce chiffre, 2.500 à 3.000 devraient voir le jour chaque année entre 2018 et 2019, a précisé Gérard Collomb.

Le ministre de l'Intérieur a ajouté que 18.000 personnes étaient fichées pour radicalisation en France, dont 12.000 suivies de manière très active.

"Il est " peut-être trop tôt dans l'enquête " pour expliquer les raisons de cet " aller-retour extrêmement rapide", a-t-il dit.

Recommande: