Oeufs contaminés : comment la France est touchée

14 Août, 2017, 02:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Œufs contaminés. Des perquisitions en cours aux Pays-Bas et en Belgique

L'institution bruxelloise a par ailleurs convoqué les Etats membres de l'Union européenne concernés, en leur demandant d'arrêter de se rejeter mutuellement la faute.

Puis il a précisé qu'un "deuxième lot qui vient des Pays-Bas", portant le code 0NL43651-01 et comprenant "environ 48 000 œufs" a "été mis en vente par des magasins Leader Price entre le 19 et le 28 juillet".

Les policiers n'ont pas voulu donner de noms, mais selon les médias européens, il s'agirait de la compagnie néerlandaise ChickFriend.

La Belgique a accusé les Pays-Bas d'avoir traité avec légèreté une information anonyme reçue en novembre 2016 sur l'utilisation de fipronil dans les élevages néerlandais. "Mais il n'y avait aucune indication que du fipronil s'était retrouvé dans les œufs à ce moment-là", a-t-elle ajouté pour expliquer pourquoi les autorités n'avaient pas procédé à des contrôles dès fin 2016.

Près de 250.000 œufs contaminés au fipronil, importés de Belgique et des Pays-Bas, ont été "mis sur le marché" en France depuis avril, a annoncé vendredi le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.

A l'origine de l'affaire, l'utilisation du fipronil - un antiparasite pourtant strictement banni dans les élevages de poules par l'Union européenne - par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles.

Le scandale, apparu au grand jour la semaine dernière avec le retrait de millions d'oeufs des supermarchés néerlandais et allemands, couvait en fait depuis plusieurs mois. La ministre de la Santé de Hong Kong, Sophia Chan, a déclaré ce samedi que les autorités locales renforçaient leurs contrôles.

Les enquêtes menées en Belgique et aux Pays-Bas se sont accélérées jeudi, menant à l'arrestation de deux dirigeants d'une entreprise néerlandaise qui a vraisemblablement appliqué le produit dans des poulaillers, lors d'un traitement contre le pou rouge. La Belgique et les Pays-Bas, où la contamination s'est produite, sont mobilisés pour en trouver les responsables.

En Belgique, l'enquête qui cible désormais 26 personnes et entreprises suspectes, dont des vétérinaires, selon les médias. Plus de 6 000 litres de produits interdits avaient été saisis.

Les oeufs contaminés présentent a priori des risques limités pour la santé, puisque les doses de fipronil potentiellement ingérées restent largement en-deçà des quantités considérées comme nocives.

Travert a également indiqué que tous les produits contenant des œufs provenant d'élevages contaminés seront retirés du marché dans l'attente de résultats d'analyse, en soulignant l'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) selon lequel "le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fipronil qui sont constatés dans les œufs contaminés, mais aussi au vu des habitudes françaises de consommation alimentaire".

Le fipronil est couramment utilisé contre les poux et tiques sur les animaux domestiques, mais interdit dans la chaîne alimentaire.

Recommande: