Oeufs contaminés : 15 pays européens touchés par le scandale

14 Août, 2017, 03:53 | Auteur: Aubrey Nash
  • Du fipronil dans des lots d'oeufs livrés dans le Maine-et Loire en juillet 2017

Plus de peur que de mal. C'est le message qu'a voulu faire passer le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation en publiant, vendredi 11 août, un communiqué dévoilant les conclusions de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) au sujet du risque pour la santé humaine lié à l'ingestion d'œufs ou d'ovoproduits (dérivés d'œufs) contaminés par le fipronil, un antipoux dont l'usage sur les animaux destinés à la consommation est pourtant interdit. Cette dernière a été saisie par les ministères en charge de l'agriculture et de la santé, le 7 août dernier, suite à une utilisation frauduleuse de cette substance. "Nous avons calculé que en prenant en compte des concentrations maximales de contaminants de fipronil dans les oeufs tels qu'ils ont été importés en Europe et du seuil de toxicité, il faudrait pour un adulte manger plus de dix oeufs par jour pour avoir un risque et pour un enfant de un à trois ans, plus d'un oeuf par jour", explique Gérard Lasfargues, Directeur adjoint aux affaires scientifiques chez Anses. En revanche, aucune préparation phytosanitaire à base de fipronil n'est autorisée.

En attendant, les investigations sanitaires sont toujours en cours.

"Pas de risque pour les consommateurs", a assuré Stéphane Travert. La France a été informée des lots contaminés en provenance des Pays-Bas et de la Belgique sur son territoire le samedi 5 août.

Concernant le suivi de ces ufs, pour l'instant, cinq établissements de fabrication d'ovoproduits et deux centres d'emballage d'ufs (Nord et Somme) ont reçu des ufs de consommation contaminés, deux établissements (Moselle et Vendée) des ovoproduits contaminés. "Tous les produits contenant des oeufs contaminés seront retirés du marché dans l'attente de résultat d'analyse et seront remis sur le marché en cas d'analyse favorable".

Recommande: