"Les grands clubs ont envie d'en découdre avec le PSG" — Aulas

12 Août, 2017, 00:22 | Auteur: Ruben Ruiz
  • L1 - LyonPour Aulas, le PSG

À en croire Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonais, certains clubs européens seraient remontés envers le club parisien. Et comme le fair-play financier intervient seulement a posteriori, il n'y a pas grand-chose à faire.

En dehors de nos frontières, "de nombreux présidents sont très réticents à ce qui a été fait et ce qui va se faire", rapporte le boss de l'Olympique lyonnais, responsable du fair-play financier pour l'ECA. J'étais assis entre Agnelli (Juventus) et Bartomeu (Barcelone), donc, oui, j'ai senti un peu d'aigreur, un peu d'envie d'en découdre, a avoué Aulas dans L'Équipe.

" Tout le monde craint une inflation totalement déraisonnable des transferts et des salaires". Ce n'est pas une réaction de défense d'intérêts ponctuels, c'est beaucoup plus large que ça. Mais il y aura des échanges, sûrement. J'ai la mission d'aider à protéger la collectivité. Mais il a estimé que c'était trop. Si le PSG fait venir les vingt meilleurs joueurs du monde, tous nos stades seront remplis. "Mais on va forcément se souvenir également qu'il n'y aura qu'une place en Ligue des champions pour les autres." .

Inquiétudes fondées ou peur de voir de nouveaux riches sans limite? Sur les folles rumeurs du départ de la pépite monégasque, le dirigeant rhodanien estime que Paris " n'a pas besoin de boucler le transfert de Mbappé ". A leurs yeux, le transfert record de Neymar au PSG, après que les Qatariens aient fait sauter le montant de la clause libératoire du Brésilien (222 millions d'euros), a fait entrer le football dans une ère incertaine. J'ai vu Neymar débarquer à Saint-Tropez avec 23 gardes du corps. "Ensuite, moins, parce que cela pose un problème de société, de politique", a expliqué Jean-Michel Aulas dans les colonnes de L'Equipe.

Recommande: