Des milliers d'œufs contaminés retirés de la vente — Allemagne

05 Août, 2017, 01:05 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le Fipronil se retrouve notamment dans certains colliers anti-puces pour chiens et chats

La conséquence de l'affaire des millions d'œufs néerlandais contaminés par un insecticide, dévoilée en début de semaine.

Selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles, les pertes s'élèvent déjà à plusieurs millions d'euros. Ils ont été déclarés "impropres à la consommation" suite à la découverte de la présence de fipronil, un insecticide toxique pour l'homme.

La veille, les supermarchés néerlandais et allemands avaient commencé à retirer en masse des millions d'oeufs de leurs rayons. " Nous attendons que les Pays-Bas mènent rapidement à bien leurs investigations et nous envoient enfin une liste complète " avec les références concernées, a ajouté la responsable conservatrice. Cette entreprise aurait employé du fipronil dans son produit.

Le produit contient une molécule couramment utilisée dans les produits vétérinaires contre les puces, les acariens et les tiques, mais elle est interdite dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire, précise la même source.

En grande quantité, le fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle est dangereuse pour les reins, le foie et la thyroïde, a indiqué le NVWA.

La nouvelle s'est propagée outre-Rhin.

Les deux principales chaînes de supermarchés suisses, Coop et Migros, ont annoncé qu'elles retiraient tous les oeufs d'importation de la vente, une mesure de précaution, ont-elles souligné. 180 élevages aux Pays-Bas sont touchés par cette contamination, quatre en Allemagne et un en Belgique, d'après le rapport de l'organisme allemand de contrôle des œufs KAT (Kontrollierte Alternative Tierhaltungsformen). Il n'est donc pas nécessaire de procéder à un rappel des oeufs commercialisés en Belgique, comme cela a dû être effectué aux Pays-Bas, estime l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

Recommande: