Le Sénat américain rejette l'abrogation partielle de l'Obamacare, revers pour Trump

29 Juillet, 2017, 00:18 | Auteur: Lynn Cook
  • Obamacare: nouvel échec pour Donald Trump au Sénat malgré le retour de John McCain

Le Sénat américain a rejeté aujourd'hui un texte prévoyant l'abrogation partielle de l'Obamacare. La suppression de l'Affordable Care Act, qualifié de " cauchemar " par le président américain, était l'une des principales promesses de campagne de Donald Trump.

Après des mois de vains efforts, ce vote porte un coup dur au parti républicain et à l'ambition du président Trump de démanteler les réformes de santé de son prédécesseur.

Le sénateur républicain John McCain, de retour au Sénat malgré le cancer qui l'afflige, a voté contre cette abrogation partielle de l'Obamacare, tout comme deux républicains modérés. Un échec que le président doit aux divisions qui minent le parti républicain.

Comme une poignée de ses collègues, John McCain aurait souhaité que le projet de loi aille plus loin qu'une "abrogation a minima" d'"Obamacare".

Quant à Donald Trump, il était visiblement très déçu du dénouement du vote: "3 républicains et 48 démocrates ont laissé tomber la population américaine", a-t-il écrit sur Twitter, vendredi. Avec 52 sièges sur 100, les républicains n'avaient qu'une petite marge de manœuvre et la défection de trois sénateurs a scellé l'issue du vote.

Le vice-président Mike Pence avait même été conduit au Sénat vers minuit jeudi soir pour départager les deux camps, comme le prévoit la Constitution américaine. "Comme je l'ai dit depuis le début, laissons l'Obamacare s'écrouler".

" Nous sommes soulagés", a déclaré le sénateur démocrate Chuck Schumer. Désormais toute nouvelle tentative pour remplacer l'Obamacare nécessite un vote à la majorité de 60 voix au Sénat, donc un soutien des Démocrates.

Le projet prévoyait de supprimer plusieurs mesures mises en place par l'Obamacare, comme l'obligation faite aux particuliers de souscrire à une assurance-santé sous peine d'amende, ou celle faite aux entreprises de proposer une couverture à leurs salariés. Le Congressional budget office, une institution fédérale non partisane, a estimé qu'une promulgation de ce projet de loi aurait entrainé la perte de leur assurance santé pour 18 millions d'Américains d'ici 2018.

Dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juillet, trois voix républicaines ont manqué pour qu'une version dite "allégée" de l'abrogation ("tiny repeal") soit votée.