Khartoum poursuivra ses efforts pour une levée définitive des sanctions

14 Juillet, 2017, 01:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Soudan suspend les pourparlers avec Washington après le report de la levée des sanctions économiques

Au lendemain de la décision du Président Donald Trump Search Donald Trump de prolonger de trois mois la levée d'un éventuel embargo sur le Soudan, Omar El béchir a décidé de rappeler les membres du comité en négociation à Washington.

Ce comité négociait depuis plus d'un an avec des responsables américains pour tenter d'obtenir la suppression de ces sanctions, en vigueur depuis 1997.

Parmi eux, figurent la fin du soutien aux groupes rebelles au Soudan du Sud - pays né en juillet 2011, sous les auspices des Etats-Unis, de la partition du Soudan - la fin des hostilités dans les provinces du Darfour, du Nil-Bleu et du Kordofan-Sud et une coopération avec le renseignement américain contre le terrorisme.

Toute décision autre que la levée permanente des sanctions est "illogique et inacceptable", d'autant plus que le Soudan a rempli tous ses engagements à l'égard de Washington, a déclaré M. Ghandour, cité par les médias locaux.

"Mais nous espérons toujours que les sanctions seront levées définitivement", a-t-il ajouté.

L'administration américaine a reconnu que " le gouvernement du Soudan a fait des progrès importants dans beaucoup de secteurs, mais a elle expliqué avoir besoin de plus de temps pour cette période probatoire ".

Washington accusait aussi le Soudan d'avoir recours à la politique de la terre brûlée contre une minorité ethnique rebelle au Darfour, province de l'ouest, en proie à un conflit meurtrier depuis 2003.

Cette décision s'accompagnait d'une période probatoire qui s'achève mercredi et qui pourrait déboucher cette semaine sur la levée totale et définitive des sanctions si les Américaines estiment que Soudan a suffisamment progressé sur cinq points.

M. Béchir lui-même est poursuivi par la Cour pénale internationale pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, des accusations qu'il rejette.

Même si les relations américano-soudanaises se sont sensiblement améliorées, le département d'Etat maintient Khartoum depuis 1993 sur sa liste noire des "Etats soutenant le terrorisme", au même titre que l'Iran et la Syrie. Il était donc question que le nouveau président communique son avis sur la levée totale ou non des sanctions.

Recommande: