Castaner citant Macron: le deuxième gouvernement Philippe a " vocation à durer longtemps "

29 Juin, 2017, 03:30 | Auteur: Lynn Cook
  • Le premier ministre Edouard Philippe et le président de la république Emmanuel Macron connaissent leur première petite baisse de popularit

Dans ces nouvelles têtes, on retrouve Nicole Belloubet qui aura la lourde tâche de porter le flambeau du tumulteux François Bayrou au ministère de la justice, Florence Parly remplace elle Sylvie Goullard au ministère des armées, Nathalie Loiseau prend place au ministère des affaires européennes pour faire oublier Marielle De Sarnez, Stéphane Travert s'installe au ministère de l'agriculture pour remplacer Jacques Mézard qui s'en va au ministère de la cohésion des territoires laissé par Richard Ferrand.

Bref, trois jours après l'élection de l'Assemblée nationale qui donne une majorité absolue au président, le voici confronté aux vieux démons de la politique française, avec une crise politique, en bonne et due forme, doublée d'une crise de nerfs de la part d'une partie des commentateurs politiques.

Après le vestibule de l'Élysée qui avait servi de cadre pour la première photo de famille, ce sont les jardins du Palais qui ont accueilli le deuxième gouvernement d'Édouard Philippe pour le cliché officiel.

En apparence, un gouvernement aux équilibres politiques soupesés; des socialistes, des centristes, des "marcheurs", des hommes et femmes de droite, dans une belle union nationale qui ne dirait pas son nom. Le gouvernement Phillipe II fait en réalité la part belle à des profils bien plus technocrates que politiques.

La sénatrice MoDem du Loir-et-Cher Jacqueline Gourault a été nommée mercredi ministre auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Le MoDem est soupçonné d'avoir fait payer ses collaborateurs par le Parlement européen alors qu'ils ne travaillaient que pour le parti.

L'affaire est d'autant plus embarrassante que M. Bayrou a piloté un projet de loi qu'il a présenté la semaine dernière sur la moralisation de la vie publique, un des chantiers prioritaires du chef de l'Etat après une campagne présidentielle entachée par les affaires. Selon un sondage Harris interactive, 57% des Français souhaitaient aussi qu'il quitte le gouvernement. Tous trois "ont fait le choix de quitter le gouvernement pour se défendre", a assuré le chef de l'État en insistant sur le fait qu'il s'agissait de décisions personnelles. Il a également affirmé, lors d'une conférence dans l'après-midi, ne pas vouloir gêner le gouvernement, en l'exposant à "une campagne mensongère".

Le FN est lui aussi visé par une enquête sur des emplois fictifs d'assistants parlementaires européens.

Édouard Philippe a ajouté qu'il pensait que François Bayrou serait " un partenaire exigeant de la majorité ".

Jeudi matin, le nouveau gouvernement devait se retrouver pour son premier Conseil des ministres avec, à l'ordre du jour, la loi antiterroriste, censée prendre le relais de l'état d'urgence après sa sixième prolongation.

Recommande: