Un fonds américain exige la vente de la part dans L'Oréal — Nestlé

27 Juin, 2017, 09:56 | Auteur: Aubrey Nash
  • Marché: Third Point acquiert une participation d'1% dans Nestl

Third Point, le hedge fund de Daniel Loeb, a investi cette somme dans le groupe agroalimentaire suisse et veut désormais que Nestlé augmente sa marge et cède des actifs non-stratégiques. Un schéma qui pourrait permettre au champion mondial des cosmétiques de renforcer l'ancrage français de son actionnariat.

Propriété de Daniel Loeb, le fonds s'en est déjà pris ces dernières années au groupe japonais Sony et à l'américain Yahoo. Third Point, qui vient ainsi de réaliser le plus gros investissement de son histoire, réclame à Nestlé d'améliorer sa rentabilité, ce qui passe selon lui par la cession des 23% que le suisse détient encore chez L'Oréal.

"Comme toujours, nous maintenons un dialogue ouvert avec tous nos actionnaires" a réagi un porte-parole de Nestlé, contacté par l'AFP, sans plus de détails. En février, le nouveau directeur général (CEO) de Nestlé, Mark Schneider, avait pourtant indiqué que la participation dans L'Oréal restait "un atout stratégique" et que sa vente n'était pas d'actualité.

Il pourrait aussi tirer parti de l'activisme de Third Point pour "prendre des décisions délicates, comme de vendre les pizzas surgelées américaines rachetées par son prédécesseur pour 3,7 milliards de dollars", souligne Pierre Tegner. Mais l'investisseur américain estime que le titre a sous-performé par rapport à ses principaux concurrents américains et européens en matière de rendement. Elle ferait de Third Point le huitième actionnaire du géant de l'alimentaire, selon des données de Thomson Reuters.

À mi-séance, ce lundi 26 juin, l'action L'Oréal gagnait plus de 4%, dans un volume de titres (700.000 pièces) double de celui de la séance précédente.

Des discussions productives ont déjà eu lieu entre l'investisseur et la direction de Nestlé, poursuit le fonds spéculatif, qui ajoute que Nestlé doit se fixer pour objectif officiel une marge de 18% à 20% d'ici 2020 de manière à améliorer la productivité. Ils se sont ainsi interrogés sur la pertinence des activités de confiserie dans la stratégie de Nestlé, désormais axé sur la nutrition, la santé et le bien-être, approuvant la réorientation annoncée il y a deux semaines du segment confiserie aux Etats-Unis. La société devrait cibler une dette nette d'au moins 2,0 fois l'Ebitda pour mieux optimiser les coûts du capital et cela lui donnerait également la possibilité d'effectuer des programme de rachats d'actions.

Recommande: