Réunion d'experts sur les anomalies de la cuve — EPR de Flamanville

27 Juin, 2017, 08:35 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le site de l'EPR de Flamanville le 16 novembre 2016-AFP  Archives  CHARLY TRIBALLEAU

Mais des documents récemment dévoilés par nos confères de France Inter tendent à démontrer que l'Autorité de Sûreté Nucléaire avait alerté, dès 2005, EDF et Areva sur des dysfonctionnements de l'usine du Creusot où a été fabriquée la cuve qui équipe le réacteur de l'EPR de Flamanville.

Si ce rapport du gendarme du nucléaire français conclut globalement à une aptitude au service de la cuve de l'EPR, EDF risque donc de devoir très rapidement changer le couvercle de cet équipement fabriqué par Areva NP après la mise en service du réacteur, prévue pour fin 2018. A l'époque Areva détecte une anomalie dans la cuve avec une concentration trop importante de carbone dans les parois, ce qui pourrait fragiliser la structure.

Le rapport estime que "des contrôles du couvercle de la cuve sont indispensables" durant toute la période de fonctionnement du réacteur et que sans ces contrôles, "l'aptitude au service du couvercle actuel de la cuve (.) n'est pas acquise de manière pérenne".

Le groupe permanent d'experts pour les équipements sous pression nucléaire (GP-ESPN) doit rendre son avis d'ici mardi sur la base notamment d'un rapport technique de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) analysant ces tests. " S'ils estimaient que la cuve peut fonctionner, ils pourraient toutefois recommander des mesures compensatoires comme le remplacement du seul couvercle, un fonctionnement sous une surveillance accrue ou à une puissance réduite par rapport aux capacités du réacteur".

Le couvercle de la cuve remplacé?

Un article publié lundi sur le site internet de la chaîne d'information ajoute que le changement du couvercle de la cuve serait programmé pour 2021, date qui correspondrait au premier rechargement d'uranium du réacteur.

Selon ce rapport que l'AFP a pu consulter, le fond de la cuve est jugé apte sous réserve de contrôles "adaptés" par l'exploitant EDF, mais les interrogations se focalisent sur le couvercle.

L'ASN et EDF n'ont pas souhaité commenter les informations de Reuters et de BFMTV.

A l'issue des deux jours de débats entre experts -dont des cadres d'EDF et d'Areva, mais aussi de DCNS, de Bureau Veritas, d'Onet Technologies, des métallurgistes, etc-, le GPESPN rendra son avis, avant que le collège de l'ASN ne délibère pour rendre sa décision provisoire.

Annoncé à trois milliards d'euros lors de la présentation du projet en 2004, l'EPR de Flamanville devait initialement entrer en service en 2012.

Recommande: