Première victoire pour Trump sur son décret anti-immigration

27 Juin, 2017, 07:24 | Auteur: Sandy Vega
  • Trump veut pousser les USA en tête du secteur énergétique

"En tant que président, je ne peux laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal", a réagi le président américain dans un communiqué.

Elle a autorisé l'interdiction temporaire d'entrée dans le pays visant des ressortissants de six pays à majorité musulmane et tous les réfugiés à être appliquée, pour autant qu'ils "ne possèdent aucune relation digne de foi avec des personnes ou des entités présentes aux Etats-Unis".

Cette décision lundi de la haute cour est une victoire relative mais néanmoins notable pour Donald Trump, dont la mesure emblématique a été suspendue par de multiples juges, en première instance et en appel.

Car non seulement les plus hauts magistrats du pays acceptent que le décret soit mis partiellement en application, mais ils offrent désormais au président américain une chance d'emporter une victoire judiciaire finale venant annuler les camouflets subis.

Des cours d'appel fédérales de plusieurs Etats ont bloqué l'application du décret présidentiel, le jugeant la plupart du temps contraire aux lois en vigueur sur l'immigration, évoquant une "intolérance religieuse" et de la discrimination. D'abord parce que, contrairement à ce que Donald Trump affirme, la décision n'est pas vraiment unaime trois des neuf juges ont rendu un avis minoritaire estimant que la décision de la Cour était inapplicable.

C'est une victoire pour le président américain.

C'est une première victoire pour Donald Trump après une série de revers.

Le fameux décret a connu deux moutures, qui avaient été bloquées par les tribunaux en février et en mars. Le ministre de la Justice de l'Etat de Washington, Bob Ferguson, s'est dit "très déçu" par la réinstauration partielle du décret, même si les protections restantes sont "importantes".

L'organisation International Refugee Assistance Project (IRAP) a ainsi rappelé lundi que des dizaines de milliers d'Américains s'étaient mobilisés contre ce décret, "montrant ainsi au monde que ce n'est pas ce que nous sommes ni ce que nous voulons".

C'est une décision de la Cour suprême des États-Unis qui fera un examen approfondi du décret baptisé "muslim ban" à l'automne prochain.

Recommande: