BOURSE-Tokyo finit en légère hausse, Takata dépose le bilan

27 Juin, 2017, 08:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Image d'illustration

L'équipementier automobile japonais, lourdement endetté après une massive campagne de rappels d'airbags défectueux, a annoncé lundi avoir déposé aux États-Unis et au Japon.

La procédure pourrait ouvrir la voie à un accord de financement avec l'équipementier américain Key Safety Systems (KSS). Le nom de Takata, né au début des années 1930 devrait quant à lui disparaître à terme, une fois l'affaire soldée.

La compagnie Nikkei. Ce qui marquerait la plus importante faillite d'un industriel dans le Japon d'après-guerre.japonaise laisse derrière elle une ardoise de plus de 1000 milliards de yens (plus de 8,5 milliards de francs), d'après le Nikkei.

La société US a précisé pour sa part que KSS allait acquérir l'essentiel de Takata, à l'exception de certains actifs et opérations liés aux airbags mis en cause dans le scandale.

La combinaison des deux ensembles formera 'un fournisseur de premier plan avec environ 60'000 salariés dans 23 pays', a-t-elle ajouté, promettant de maintenir les effectifs de Takata et ses usines au Japon.

Le PDG de Takata, qui a longtemps repoussé le scénario de la faillite, s'est félicité du choix de KSS, "un repreneur idéal ". Shigehisa Takada, héritier de la famille fondatrice, doit s'exprimer dans la journée.

Les racines du scandale remontent au début des années 2000 quand Takata, sous-traitant de l'industrie automobile depuis les années 1950, a changé la composition chimique de ses gonfleurs pour faire des économies.

Malgré cette affaire, "la force d'une main-d'oeuvre compétente, de sa présence géographique et ses exceptionnels volants, ceintures de sécurité et autres produits de sécurité n'a pas diminué", a commenté de son côté Jason Luo, PDG de KSS.

En début d'année, Takata avait fait un grand pas en concluant un règlement avec les autorités américaines: accusé d'avoir dissimulé pendant des années le problème, il a plaidé coupable et s'est engagé à verser une amende d'un milliard de dollars afin d'échapper à un procès pénal. Honda Motor, le premier client de Takata, a annoncé lundi qu'aucun accord définitif n'avait été conclu quant aux responsabilités du groupe dans les rappels de véhicules équipés d'airbags défectueux.

Des constructeurs étrangers sont également affectés, parmi lesquels BMW, Ford et General Motors. L'action de Takata sera sortie de la bourse de Tokyo le 27 juillet prochain.

Les rumeurs de faillite avaient fait plonger la semaine dernière l'actio n Takata des trois-quarts de sa valeur, avant un rebond spéculatif de 45% vendredi. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle.

Recommande: