Le Gouvernement Philippe II d'Emmanuel Macron prêt à se mettre en marche !

24 Juin, 2017, 00:31 | Auteur: Sandy Vega
  • Edouard Philippe et François Bayrou à Paris le 14 juin 2017

Emmanuel Macron a salué la décision d'un homme "courageux" et estimé que ce choix "lui ressemblait".

Un mois après la prise de fonction du gouvernement, un sondage BVA pour Orange et La Tribune montre que 6 français sur 10 sont satisfaits du président de la République. Pas question que son pouvoir soit arrêté par les murs de l'Élysée ou limité au perron du palais présidentiel: le cliché a été pris dans les jardins, pour marquer l'idée d'une ouverture, d'un mouvement vers le dehors, rapporte BFM TV.

Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont formé un tout nouveau gouvernement, qui a eu droit à sa photo officielle aujourd'hui, et sur laquelle le président a rompu avec la tradition en ne figurant pas au premier rang.

C'est "un choix personnel" qui "simplifie la situation", a réagi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. Emmené par Thierry Solère (LR), ce groupe apportera son soutien au cas par cas aux réformes de l'exécutif. Dans ces nouvelles têtes, on retrouve Nicole Belloubet qui aura la lourde tâche de porter le flambeau du tumulteux François Bayrou au ministère de la justice, Florence Parly remplace elle Sylvie Goullard au ministère des armées, Nathalie Loiseau prend place au ministère des affaires européennes pour faire oublier Marielle De Sarnez, Stéphane Travert s'installe au ministère de l'agriculture pour remplacer Jacques Mézard qui s'en va au ministère de la cohésion des territoires laissé par Richard Ferrand.

Le MoDem fait l'objet d'une enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens.

En termes d'équilibre politique, si les trois ministres du gouvernement sortant issus du MoDem l'ont quitté, deux nouvelles venues, Geneviève Darrieussecq et Jacqueline Gourault, représenteront cette sensibilité.

La presse a relevé jeudi le caractère plus "technique" que "politique" du gouvernement Philippe 2: "une équipe d'experts plus que de politiques", pour Le Parisien, "un gouvernement de techniciens à (la) main" d'Emmanuel Macron, selon Libération, "la part belle aux techniciens et aux fidèles", pour Le Figaro.

Le second tour des législatives "a marqué une confirmation forte de la volonté de changement des Français" mais aussi leur "espoir" et leur "attente" à l'égard de l'exécutif, a-t-il souligné, évoquant "des expressions de colère, de refus" manifestées par une abstention "trop importante".

Ces ex-ministres auxquels il a réaffirmé son "soutien" et sa "confiance" ont "servi loyalement", a-t-il déclaré, avant d'observer à la table du Conseil que "la vie politique est longue", et "peut être cruelle". Pas d'autre choix pour les ramener vers les urnes que d'agir, donc, mais surtout d'obtenir des résultats.

Recommande: