François Bayrou peut-il rester ministre — Couac au gouvernement

24 Juin, 2017, 01:33 | Auteur: Lynn Cook

Un mois après sa prise de fonction, l'affaire dans laquelle est empêtrée le garde des Sceaux agace le chef de l'État.

La nouvelle loi, annoncée par le ministre de la Justice François Bayrou, interdirait notamment aux parlementaires d'embaucher des membres de leur famille. "J'ai fait inscrire dans la loi, la loi du 25 juillet 2013, l'interdiction de donner des instructions et d'intervenir dans les procédures pénales", a-t-elle rappelé. "Il se trouve que quand on est ministre, on n'est plus simplement un homme animé par ses passions, sa mauvaise humeur ou par ses indignations." .

Le Premier ministre Edouard Philippe avait estimé vendredi que François Bayrou était "crédible" pour défendre ce texte au Parlement, malgré cette affaire révélée par Radio France.

Sortie de conseil des ministres, hier: "La situation est totalement pacifiée", assure le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

Le ministre de la Justice a présenté en Conseil des ministres sa loi de moralisation de la vie publique, au moment où lui-même est confronté à des soupçons d'emplois fictifs visant des élus de son parti, le MoDem, et vient d'être rappelé à l'ordre pour s'être plaint d'une enquête auprès de Radio France.

Quels sont les enjeux du projet de loi défendu par François Bayrou? Alors que le Mouvement démocrate, dont il est encore aujourd'hui le président, est soupçonné d'avoir rémunéré une dizaine de salariés en tant qu'assistants parlementaires européens, le garde des Sceaux est accusé d'avoir fait pression sur un journaliste de Radio France qui enquêtait sur l'affaire. "En revanche, il n'est pas acceptable que, pour perturber une discussion, peut-être même pour faire en sorte qu'elle ne puisse pas aboutir, on balance dans la nature des documents qui ne sont pas des documents qui ont été validés par la ministre", a-t-il plaidé.

Selon des sources citées par le Canard enchaîné, Karine Aouadj était la "collaboratrice personnelle" de François Bayrou jusqu'en 2014 et "n'a jamais travaillé pour l'Europe".

Edouard Philippe avait par ailleurs ostensiblement raccompagné quelques minutes plus tôt François Bayrou jusqu'à sa voiture à l'issue du Conseil des ministres, qu'ils avaient quitté bons derniers.

Pour le ministre, l'enquête arrivait comme un cheveu sur la soupe, à quelques jours du premier tour des législatives. Mais peut-être que François Bayrou aura besoin d'Emmanuel Macron pour peu qu'il dispose d'une majorité sans le MoDem.

Personne, ni à droite ni à gauche, n'osera contester la loi Bayrou sur " la confiance dans la démocratie ", qui, après les mesures du quinquennat Hollande, conforte une réelle moralisation de notre vie publique. " Je suis persuadé qu'au sein d'une équipe politique, il faut avoir de la liberté de parole, il faut qu'il y ait de la vie, il ne faut pas qu'on vive avec la langue de bois ", a déclaré le ministre de la Justice sur RTL.

Recommande: