Filière djihadiste: jusqu à 28 ans de prison

24 Juin, 2017, 01:01 | Auteur: Sandy Vega
  • Aux assises de Paris en pleine canicule on

Au terme de deux mois de procès, la cour d'assises spéciale de Paris a prononcé jeudi soir deux acquittements et des peines allant de un à 28 ans de prison à l'encontre des accusés de la filière jihadiste dite de Cannes-Torcy, pour un attentat à la grenade à Sarcelles en 2012, des projets d'attaque et des séjours en Syrie.

Le chef Jérémie-Louis-Sidney tué lors de son interpellation, la peine la plus lourde a été infligée à Jérémy Bailly, reconnu coupable d'avoir lancé une grande dans une épicerie casher de Sarcelles (sans faire de victime), le 19 septembre 2012.

L'attentat de Sarcelles, un crime antisémite et leur principal fait d'armes, n'a pas fait de mort "mais l'intention était bien de tuer", a martelé l'avocat général Philippe Courroye, fustigeant l'apparente désinvolture de certains accusés, parfois "rigolards", ne laissant selon lui "aucun doute" quant à leur "radicalité" toujours intacte. "Une peine de mort civile" pour sa défense.

Avant que la cour ne se retire pour délibérer, la parole a été donnée jeudi matin une dernière fois aux accusés, âgés de 23 à 33 ans, dont dix comparaissent détenus et sept libres (trois sont en fuite): "Mettre une peine pharaonique à une personne, c'est en faire un dissident, un haineux", a soufflé Jérémy Bailly entre deux sanglots.

L'accusation avait demandé des "peines exemplaires", allant jusqu'à la perpétuité et assorties de périodes de sûreté, contre une filière redoutable. La plus petite peine de prison, d'un an, a été prononcée contre celui qui avait conduit deux de ses copains qui partaient vers la Syrie à l'aéroport.

Zyed Tliba, ancien militaire qui avait gardé des liens avec son frère Abdelkader, condamné à 14 ans pour un séjour en Syrie, et Nizar Jabri, qui avait fréquenté la bande des Cannois, ont été acquittés.

Se défendant de "faire le procès de l'islam", l'accusation a cherché à décrire le "fanatisme criminel" de vingt hommes, issus de familles aisées ou ouvrières, originaires d'Algérie, du Laos ou de France, dont "plus de la moitié sont des convertis".

Un autre accusé qui n'a passé qu'un mois en Syrie mais est accusé d'avoir "fait des repérages en vue d'une attaque contre des militaires", a été condamné à 18 ans. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: