Affaire Rémi Fraisse : le procureur de Toulouse requiert un non-lieu

24 Juin, 2017, 00:58 | Auteur: Sandy Vega
  • Image d'archive

Le parquet a requis un non-lieu dans l'affaire Rémi Fraisse, ce militant tué par la grenade offensive d'un gendarme mobile sur la Zad (zone à défendre) de Sivens (Tarn) en octobre 2014, a révélé ce vendredi Mediapart.

"Ni crime ni délit". Il demande donc aux juges d'instruction de prononcer un non-lieu en faveur du gendarme qui avait lancé la grenade, ainsi que des autres personnes impliquées dans le dossier. Le gendarme qui a tiré la grenade a été entendu comme témoin assisté au mois de mars 2016. L'avocat du gendarme est optimiste sur un non-lieu: "il n'y a aucune chance qu'il en soit autrement car cela serait une absurdité juridique". Et le parquet y écrit qu'il a été fait "un usage proportionné de la force".

Les juges d'instruction de Toulouse sont libres de suivre ou non ce réquisitoire. Le soir du drame, les forces de l'ordre se sont retrouvées face à "cinq opposants agressifs qui (jetaient) constamment toutes sortes de projectiles", selon le compte-rendu de la gendarmerie.

Le parquet de Toulouse est aussi revenu dans ses réquisitions sur la personnalité de Rémi Fraisse: "un jeune homme totalement intégré, calme, pondéré et pacifique". "Rien, dans son parcours, bien au contraire, ne met en exergue une quelconque agressivité", peut-on lire dans son réquisitoire en partie reproduit sur le site d'information en ligne. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: