Au moins 20 morts et 50 blessés dans un attentat

23 Juin, 2017, 01:00 | Auteur: Lynn Cook
  • Afghanistan nombreuses victimes dans l'explosion d'une voiture piégée
AFP  Archives
 WAKIL KOHSAR

L'explosion d'une voiture piégée jeudi devant une banque de Lahskar-Gah, capitale du Helmand dans le sud de l'Afghanistan, a fait au moins 20 morts et 50 blessés, selon des responsables locaux.

Le Helmand, principale source du pavot mondial, est largement sous le contrôle des talibans.

Ce bilan a été confirmé à l'AFP par le directeur de l'hôpital gouvernemental Bost, Mullah Dad Tabidar, qui a fait état d'"au moins 29 morts et 60 blessés, civils et militaires". L'attaque n'a, pour le moment, pas été revendiquée, mais elle coïncide avec l'intensification de l'offensive de printemps des Taliban.

Pour le correspondant de l'AFP, qui se trouvait non loin, il s'agit d'un attentat suicide.

La plupart des victimes, civiles et militaires, étaient en train de faire la queue devant une banque pour toucher leur salaire. C'est la troisième fois en trois ans que cette même succursale de la New Kaboul Bank fait l'objet d'un attentat.

L'opération n'a pas été revendiquée dans l'immédiat.

Lashkar Gah est pratiquement encerclée par les talibans: les insurgés contrôlent aux trois-quarts le Helmand, haut-lieu du pavot qui assure l'essentiel de leurs revenus par le prélèvement de taxes sur les producteurs.

Le président afghan Ashraf Ghani a condamné "cette attaque barbare contre nos compatriotes à la veille de l'Eid-el-Fitr".

Cette période singulière, essentielle pour les musulmans, fait craindre une recrudescence d'attaques de la part des insurgés islamistes, qui pensent gagner le paradis en conduisant des attaques suicides à ce moment-là. Il a dénoncé "ces groupes terroristes qui ne cessent de tuer les gens même pendant le mois sacré du ramadan".

La base de Bagram, initialement créée par les Soviétiques, abrite le plus large contingent américain du pays depuis 2001. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: