Une camionnette fonce délibérément sur des piétons devant une mosquée — Londres

22 Juin, 2017, 06:17 | Auteur: Lynn Cook
  • La police scientifique relève des indices après une attaque contre des piétons fauchés par une camionnette le 19 juin 2017 à Londres

Un homme est décédé sur place, mais pour Scotland Yard, il est "trop tôt" pour dire si sa mort est liée ou non à l'attentat. Un homme a été prononcé mort sur les lieux de l'attaque, qualifiée de terroriste par la police britannique, et 10 personnes, toutes issues de la communauté musulmane, ont été blessées.

L'auteur de cette attaque, âgé de 48 ans, avait été immobilisé par les personnes sur place et arrêté par la police qui a chargé son unité antiterroriste de l'enquête. La Première ministre Theresa May a annoncé que la police traitait cet événement comme "une potentielle attaque terroriste".

La police a été appelée juste après 00h20, heure locale, lundi, au sujet d'une collision sur la Seven Sisters Road, qui traverse le quartier de Finsbury Park.

Mardi, une veillée contre l'islamophobie doit se tenir à la mosquée de Finsbury Park en fin d'après-midi.

Un véhicule a foncé sur la foule près d'une mosquée du nord de Londres dans la nuit de dimanche à lundi, une attaque traitée comme un "acte terroriste".

"Devant cette nouvelle manifestation de violence, nous présentons nos condoléances à la famille de la victime de cette attaque et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés, tout comme nous assurons de notre solidarité le gouvernement et le peuple britanniques", a-t-il rajouté.

Cité par la BBC, le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB) a affirmé que la fourgonnette avait "intentionnellement" fauché les fidèles à la sortie de la mosquée.

En pleine période de ramadan, de nombreux musulmans s'étaient rendus à la mosquée dimanche soir pour souligner la rupture du jeûne à la tombée de la nuit. Une prière a lieu aux alentours de minuit. Abdiqadir Warra, un témoin, raconte que l'attaquant " a foncé sur les gens.

Dans une vidéo amateur vu par l'AFP, trois personnes sont allongées sur le sol, dont une recevant du bouche-à-bouche.

"Horrible de voir des policiers faire des massages cardiaques à des gens allongés par terre en espérant désespérément les sauver", a écrit sur Twitter Cynthia Vanzella, témoin de la scène. "Nous sommes de tout cœur avec les personnes qui ont été blessées", a-t-il ajouté.

Des musulmans ont entamé des prières dans la rue, à proximité, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le 22 mars, Khalid Masood, Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait fauché des piétons en lançant sa voiture sur le trottoir du pont de Westminster dans le centre de Londres, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement, faisant cinq morts.

Cette attaque est survenue dans un climat d'extrême fébrilité, après trois attentats en trois mois revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique qui ont fait 35 morts. "Ceux qui ont monté cette attaque ont tenté de nous diviser, de répandre la haine entre les communautés".

La mosquée de Finsbury Park était connue au début des années 2000 pour être un haut lieu des islamistes de Londres qui venaient y écouter les prêches enflammés d'Abou Hamza.

Recommande: