Fourgon de gendarmerie percuté sur les Champs-Elysées

22 Juin, 2017, 06:06 | Auteur: Aubrey Nash
  • Alerte info   
Source Twitter

Nos confrères ont aussi révélé que l'homme avait prêté allégeance à l'Etat islamique et son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, dans une lettre testament adressée à un proche. Dans la lettre trouvée par les enquêteurs, l'homme affirme avoir joué "double jeu" en constituant un arsenal dans le cadre de son activité de tir sportif en vue de commettre un attentat, a précisé la source.

Un homme a percuté volontairement en voiture un fourgon de la gendarmerie, ce lundi après-midi, sans faire de victimes, selon des sources concordantes.

À la suite du choc, qui s'est produit peu avant 16 heures, le véhicule s'est embrasé.

Un important dispositif de sécurité a été déployé par la préfecture de police, qui recommande d'éviter le secteur, tout comme la police nationale. Une perquisition était en cours lundi soir au Plessis-Pâté, dans l'Essonne, au domicile de l'auteur de l'attentat, selon des sources proches de l'enquête. Donc potentiellement menaçant pour la sûreté de l'État. Ce père de deux enfants n'avait cependant pas été visé par un mandat d'arrêt international. "Selon des sources syndicales, il s'agit d'une arme de poing, d'une Kalachnikov et d'une bonbonne de gaz".

"La première autorisation de détention d'armes a été donnée avant le signalement de cet individu (...) Et au moment où l'autorisation a été donnée, il n'y avait aucun antécédent judiciaire qui aurait justifié une décision de ne pas autoriser la détention d'armes", a expliqué le premier ministre Édouard Philippe. "Deux gendarmes étaient venus en octobre 2016" à son club de tir "et avaient posé des questions sur cet individu. Ce n'est pas une procédure habituelle donc je présume qu'ils avaient de bonnes raisons", a-t-il ajouté.

Il avait fait une demande de renouvellement de son autorisation en février 2017, a-t-on appris de source proche du dossier.

"Ils avaient une pratique religieuse très rigoureuse", a déclaré à l'AFP le maire Sylvain Tanguy, évoquant une "famille très discrète, qui ne sortait pas beaucoup".

Recommande: