Attaque d'une école aux Philippines: les otages sains et saufs

22 Juin, 2017, 06:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Philippines l'armée attaquée dans un village du Sud
AFP
 Ted ALJIBE AFP

Environ 200 hommes armés ont attaqué mercredi un détachement de l'armée avant de se retrancher dans une école d'un village de l'île de Mindanao, dans le sud des Philippines.

Les djihadistes ont ensuite placé des bombes artisanales autour de l'école où ils sont maintenant retranchés.

Padilla a affirmé que les assaillants de Pigkawayan appartenaient aux Bangsamoro Islamic Freedom Fighters (Biff), une faction dissidente du Front Moro islamique de libération (Milf), principal groupe rebelle musulman du pays avec lequel le gouvernement a lancé des négociations de paix.

Si le Milf a engagé des négociations de paix, de plus petits mouvements comme le Biff ont continué le combat. Les combats y ont débuté le 23 mai entre troupes philippines et combattants islamistes armés se réclamant de Daesh, qui ont pris le contrôle d'une partie de la ville.

Des centaines de personnes ont été tuées jusqu'ici par les combats et les bombardements menés par des hélicoptères de combats, des avions et l'artillerie.

Des graffitis préviennent les soldats philippins préviennent qu'ils entrent sur le territoire de l'État islamique, à Marawi.

Les États-Unis fournissent pour leur part une aide technologique et non-combattante aux forces philippines, notamment de la surveillance aérienne.

Le sud à majorité musulman de l'archipel philippin, par ailleurs largement catholique, est le théâtre depuis plus de 40 ans d'une rébellion musulmane qui milite pour l'indépendance ou l'autonomie.

Les jihadistes appartiennent vraisemblablement au groupe des frères Maute et à Abou Sayyaf, deux mouvements qui ont aussi prêté allégeance au groupe EI. Le conflit a fait plus de 120.000 morts.

Recommande: