LREM et MoDem totalisent 350 sièges

21 Juin, 2017, 03:26 | Auteur: Sandy Vega
  • Le président Emmanuel Macron. Crédit

Les électeurs ont confirmé le vote du premier tour, mais sans l'amplifier. Le MoDem de François Bayrou hériterait d'une quarantaine de sièges au sein de cette majorité. L'alliance entre Les Républicains (LR), l'UDI et les divers droite, obtiendrait 131 sièges, au-dessus de la fourchette espérée à droite après le premier tour.

L'ensemble Les Républicains/UDI/DVD obtient de 97 à 133 sièges, le Parti socialiste/PRG/EELV/DVG de 29 à 49, La France insoumise et le PCF sont crédités de 12 à 30 sièges et le Front national de 4 à 8, selon Kantar Sofres-Onepoint, Ipsos-Sopra Steria et Elabe. Les radicaux de gauche obtiennent 3 sièges.

A l'autre extrême, le Front National a souffert du système de votation uninominale à deux tours, et n'obtient que huit élus, soit tout de même six de plus qu'en 2012, sans compter le fauteuil de Jacques Bompard (Ligue du Sud).

Les partis régionalistes rassemblent 5 députés (0,76%). Le successeur au perchoir du socialiste Claude Bartolone sera élu le 27 juin, après l'attribution, le week-end prochain, des postes-clés de la nouvelle Assemblée. Les nouveaux parlementaires, dont, très certainement, un nombre record de femmes, commenceront à arriver, demain, dans l'Hémicycle, profondément renouvelé, du Palais-Bourbon. C'est LREM qui compte le plus de députées (47 %) et l'UDI le moins (17 %). Elles étaient 155 sous la précédente législature. Viennent ensuite la France insoumise avec le PCF, qui auraient une trentaine de députés. Il y avait 345 députés sortants candidats à la réélection: seuls 140 ont été réélus.

Quant à l'ex-premier ministre socialiste Manuel Valls, qui s'est présenté sans étiquette, il a annoncé hier soir sa courte victoire (139 voix d'écart) dans la première circonscription de l'Essonne.

Après le succès de REM dimanche dernier, le chef de l'Etat attendait "une confirmation" qui lui permettrait d'appliquer clairement sa politique, à commencer par les ordonnances controversées sur la réforme du Code du travail.

Recommande: